^

Genres et Sexualités

Sexisme ordinaire

Face à Léa Salamé, Fillon renvoie la journaliste à son congé maternité

« Je comprends que vous me posiez cette question parce que vous avez été absente quelques temps et je me permets de vous en féliciter, mais j'ai déjà répondu 20 fois » répond François Fillon quand Léa Salamé le questionne sur la Sécurité sociale. Sur un ton condescendant, le candidat des Républicains, qui n'en est pas à son premier fait d'armes sexiste, sous-entend ici qu'une femme enceinte serait incapable de suivre l'actualité.

Pendant l’émission « 15 minutes pour convaincre » sur France 2 le 20 avril, Léa Salamé pose à François Fillon une question sur le programme du candidat pour la Sécurité sociale. Celui-ci, qui n’a visiblement aucune envie de répondre, se permet à la place de « féliciter » en direct la journaliste Léa Salamé pour sa grossesse. Par la même occasion, il insinue qu’il est normal qu’elle pose une question à laquelle il aurait déjà répondu, du fait de l’absence de la journaliste pendant son congé maternité. Cette remarque est profondément sexiste : ce qui est sous-entendu, c’est qu’une femme enceinte serait incapable de suivre l’actualité et la campagne électorale. Ainsi, à 3 jours des élections, au lieu de répondre à une question d’importance cruciale sur son programme, François Fillon préfère renvoyer la journaliste à sa condition de femme et de mère, avec pour objectif de la délégitimer.

Si Fillon s’adresse ainsi à Léa Salamé, ce n’est pas par maladresse. En effet, il s’est déjà illustré par ses propos sexistes sur le même thème, quand il avait dit à Nathalie Kosciusko-Morizet :« Tu ne seras pas ministre car tu es enceinte ». Le manque de considération du candidat envers les mères qui travaillent est bien visible. De plus, que ce soit par le passé ou dans son programme, François Fillon est loin d’être « pour le droit des femmes », contrairement à ce qu’il prétend. En effet, depuis qu’il a des responsabilités politiques, il a voté contre de nombreuses mesures en ce qui concerne l’IVG (interruption volontaire de grossesse), comme le fait traditionnellement sa famille politique. Il n’hésite d’ailleurs pas à mentir à ce sujet, alors qu’en 2014 il vote contre la suppression du délai de réflexion, en 2012 contre l’allongement du délai à 12 semaines, en 1982 contre le remboursement de l’IVG par l’Assurance maladie... Le candidat des Républicains est par ailleurs un soutien de la Manif pour Tous. Son utilisation préférée du féminisme, c’est pour l’instrumentaliser à des fins racistes, quand il déclare par exemple : « Faut-il rappeler aux « sauvages » qu’en Europe, les femmes ne sont pas des objets qu’on violente ou qu’on couvre de noir ? ». Son programme pour 2017 est exactement dans la même lignée, conservatrice et réactionnaire : restreindre les droits des personnes LGBTI, renvoyer les femmes au foyer...

Enfin, il est clair que ce candidat bourgeois est bien éloigné de la réalité, lui qui vit dans un château, qui n’hésite pas à se servir dans les caisses publiques et qui multiplie les affaires de corruption. Il est certain que sa femme Pénélope, elle, n’a pas eu besoin de travailler pendant ses grossesses, puisqu’elle bénéficiait d’un emploi fictif !




Mots-clés

#JeNeVoteraiPasSexiste   /    Fillon   /    sexisme   /    Présidentielles 2017   /    Les Républicains   /    Genres et Sexualités