^

Société

Un site parodique...

Facebook suspend “NordPresse” après son post sur Johnny Hallyday

Nordpresse.be, un site parodique, cousin belge du Gorafi, a vu sa page facebook fermée la semaine dernière. Derrière les accusations de non-respect des conditions d’utilisations, Facebook se réserve en fait le droit de dire ce qui peut être dit ou non sur son réseau social.

Interdiction de Nordpresse.be : une attaque contre la liberté de la presse

Facebook continue sa dictature sur les contenus diffusés sur son réseau social : le site satirique Nordpresse.be a vu ses pages facebook fermées le mercredi 13 décembre. En cause, une « violation des conditions d’utilisation. […] Entre autres choses, les Pages présentant un caractère haineux, menaçant ou obscènes sont interdites. Nous supprimons également les Pages qui attaquent un individu ou un groupe  », comme l’ont décrit succinctement les administrateurs du réseau social à l’administrateur de la page. Le média satirique, qui diffuse des informations à caractère humoristique, comme le fait le journal Le Gorafi en France, a été signalé à de nombreuses reprises, poussant Facebook à fermer sa page. C’est la deuxième fois que le média, dont l’audience provient à 95-99 % des réseaux sociaux, est attaqué par la firme : en décembre, un article sur la mort de Johnny Hallyday avait causé une première censure de la page.

Face à cet acte de censure, les créateurs se défendent :

Facebook a droit à la censure ?

Cette censure, qui vise toute publication que Facebook juge « contraire à ses conditions d’utilisation », pose la question de la définition même de ces conditions. En effet, la firme donne peu de détails sur ceux-ci, s’arrogeant par la même occasion le droit de définir les pages attaquées ou non. Si les sites parodiques sont extrêmement réprimés, ce sont aussi les pages politiques qui dénoncent les violences policières, comme récemment la page facebook de Urgence Notre Police Assassine, (voici la nouvelle page) qui sont aujourd’hui fermés. Dans le même temps, nombre de pages d’extrême droite, islamophobes et antisémites (hormis la page facebook d’Egalité et Réconciliation qui vient d’être fermée) pullulent sur Facebook : entre les pages de Dieudonné, d’Henry de Lesquen ou encore d’Action Française, des pages de partis ou de personnes dont l’idéologie raciste et réactionnaire est notoire et assumée, et Nordpresse.be, il y a deux poids deux mesures. D’un côté des fachos dont le contenu peut se déverser sur le net sans aucune inquiétude ; de l’autre, quelques humoristes dont les vannes parfois mordantes sont censurées.




Mots-clés

Facebook   /    censure   /    médias   /    Société