^

Politique

Flicage social

Faire baisser le chômage en radiant les chômeurs

En 2016, sur 270 000 contrôles, les agents de Pôle emploi ont radié 14% de chômeurs qui ne cherchaient "pas assez activement" un emploi. Macron pour les années à venir promet de multiplier les effectifs de contrôleurs.

Le journal Les Échos a décidé de mener l’enquête sur les contrôles mis en place à Pôle emploi depuis un an et demi. Les résultats révèlent que 86 % des personnes contrôlées auraient démontré qu’elles remplissent bien leurs obligations. "Sur les 14 http://www.revolutionpermanente.fr/...% radiées in fine, une proportion tout de même non négligeable, seules 40 % étaient indemnisées par l’Unédic, les autres relevant soit du régime de solidarité (23 %) ou ne touchant plus rien (36 %)", pour le journal, ces chiffres démontrent que le mythe des chômeurs qui "profiteraient du système" n’est donc bel et bien qu’un mythe. 

C’est en mai 2015 que pôle emploi acte de la généralisation des contrôles. Pour cela, un corps de 200 conseillers spécialisés a été mis sur place avec des objectifs clairs : "pas question de faire du « chiffre », la vérification devant être avant tout l’occasion de remettre des chômeurs démotivés ou en détresse sociale dans une dynamique de recherche, ce qui semble bien être le cas au vu du premier bilan de la généralisation du dispositif." rapporte Les Échos. 

Des personnes au chômage remises dans une dynamique de recherche ? Mais où travaillent-elles aujourd’hui ? Ces contrôles accentués sur les chômeurs n’a pas, comme on voudrait nous le faire croire, pour objectif "d’aider" les chômeurs mais de les contrôler, de les pressuriser, pour qu’ils acceptent n’importe quelle offre d’emploi. Ainsi les chômeurs se retrouvent à faire des formations sans Iiens avec leur parcours et à accepter des emplois précaires. Combien d’entre eux ne sont pas sur le marché du travail actuellement, mais en formation ? Des formations proposées par pôle emploi qui permettent de les faire sortir des chiffres du chômage.

On connaît les politiques mises en œuvres pour maquiller les chiffres du chômage, pour les faire baisser : la promotion des emplois précaires, les contrats aidés, les garanties jeunes, le service civique etc.Récemment Macron a d’ailleurs décidé de changer de stratégie et de supprimer 150 000 emplois aidés, faisant passés 150 000 personnes de la précarité au chômage.

Pour ce qui est des contrôles exercés sur les chômeurs, Macron veut aller encore plus loin et multiplier par cinq les effectifs de contrôleurs dans les prochaines années. Dans son programme présidentiel le candidat devenu président précisait déjà que : « toute prestation sera conditionnée aux efforts de recherche, avec un contrôle drastique ». 

Ce contrôle renforcé ne servira qu’à accentuer la pression sur les chômeurs et les pousser à accepter les offres d’emploi qui correspondent aux besoins des grandes entreprises. Et à se débarrasser des indésirables. Kean Loach nous en parle dans son dernier film, "Moi, Daniel Blake". Avec les conséquences que l’on sait. 




Mots-clés

Sécurité sociale   /    Emmanuel Macron   /    Chômage   /    Politique