^

Notre classe

A partir de Janvier 2019

Faute de personnel suffisant, il n’y aura plus d’accouchements à la maternité de Guingamp

C'est une information qui peut paraître insolite, mais qui traduit surtout la situation catastrophique dans le secteur de la santé. A compter du 1er janvier 2019, il ne sera plus possible d'accoucher à la maternité de Guingamp dans les Côtes d'Armor. La raison ? Le manque de personnel !

Crédits photo : Vincent Bars - France 3 Bretagne

« Il y a eu une décision en mai de ne pas renouveler l’autorisation de la maternité de Guingamp » a déclaré ce mercredi Olivier de Cadeville, directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) de Bretagne. Ainsi, si le suivi de grossesse et des jeunes mères sera toujours possible à Guingamp, ce sont dans les maternités des environs que se dérouleront, à partir du 1er janvier 2019, les accouchements.

Pourtant, le 23 juin dernier, Agnès Buzyn avait indiqué que le cas de la maternité serait rééaximé à la demande d’Emmanuel Macron lui même, lors de son passage en Bretagne il y a quelques semaines. Visiblement, il s’agissait là d’une promesse qui n’a pas eu de suite.

Pour l’ARS, l’élément avancé pour justifié l’arrêt des accouchements à la maternité de Guingamp, et alors que 500 mères ont accouché dans l’établissement l’an dernier, est tout simple : Le personnel y est insuffisant ! Selon l’agence, la « couverture anesthésique est fragile avec deux postes couverts par des titulaires sur six, le reste l’étant par des intérimaires ». Quant aux transfert des accouchements vers d’autres maternités, il rend « dubitative » Hélène Guichaoua, cheffe de service de la maternité de Guingamp, qui explique que « beaucoup de lits ont été fermés de façon drastique, comme à Lannion et Saint-Brieuc ».

Autant dire que cette fermeture, au delà de la colère légitime de la population ulcérée par cette décision, est on ne peut plus significative sur l’état actuel des établissements de santé, et ce partout dans l’hexagone. Alors que les coupes budgétaires dans le secteur de la santé, contrairement aux promesses du gouvernement, seront de l’ordre d’un milliard d’euros cette année, il apparaît comme vital de mettre un coup d’arrêt à Macron et ses ministres. La seule issue progressiste consistant, au contraire, à augmenter drastiquement les budgets et à embaucher massivement des personnels non précaires dans les établissements de santé, pour à la fois combler le manque mais aussi pour assurer des conditions de travail décente à l’ensemble des travailleuses et travailleurs de ce secteur particulièrement dévasté par les contre-réformes, coupes de budget et réduction d’effectif des gouvernements successifs.




Mots-clés

Santé   /    secteur santé   /    Emmanuel Macron   /    Notre classe