^

Monde

La police ferme les yeux

Ferguson : le fils d’une activiste de Black Lives Matter lynché

Il y a quatre jours, Danye Jones, le fils d'une militante de Black Lives Matter a été retrouvé mort dans des circonstances plus que douteuses.

Crédit photo : Dakarai Dorsett

Ce 17 Octobre, un jeune homme de 24 ans est retrouvé pendu dans son jardin. Il s’agit de Danye Jones, le fils d’une militante proéminente du mouvement Black Lives Matter à Ferguson, Melissa McKinnies. L’activiste a rapidement demandé à ce qu’une enquête soit ouverte en raison des circonstances louches qui entourent la mort de son fils. 
Il y a en effet plusieurs éléments qui mettent à mal l’hypothèse d’un simple suicide. Le jeune homme présentait plusieurs bleus sur le visage, son pantalon était baissé sur ses chevilles, il ne savait même pas faire des nœuds de ce type et le drap avec lequel il a été retrouvé pendu n’appartient pas à sa famille. De plus, sa mère a retrouvé dans le patio de la maison un sac qu’il avait préparé pendant la nuit pour manifestement partir. Malgré tous ces éléments troublants, la police a tout de même conclu à un suicide et a donc refusé de poursuivre l’enquête plus loin.
Melissa McKinnies ainsi que d’autres militants de BLM tentent malgré tout de faire le plus de bruit possible autour de cette affaire qui n’a reçu quasiment aucune couverture médiatique.
Cet événement tragique qui cible une militante de Black Lives Matter n’est pas un cas isolé. Depuis 2014, deux activistes ont été retrouvés morts à l’intérieur de voiture brûlées et il n’y avait pas eu d’enquête poussée non plus. De plus, comme l’a révélé Darryl Gray, un militant et ami de Melissa McKinnies, les activistes de Ferguson reçoivent régulièrement des menaces de morts que ce soit en personne ou sur les réseaux sociaux.

En plus d’être la cible de ce genre d’attaques, les militants de BLM ont également fort à faire avec une police qui choisit de fermer les yeux sur ces crimes en ne donnant pas de suite aux enquêtes ou en choisissant la version du suicide. Au delà de cet aspect, il y a aussi un autre aspect à prendre en compte qui est celui de la répression. En 2016, McKinnies s’était rendue avec d’autre militant BLM à un meeting de Trump et avaient chanté des slogans anti-Trump depuis un balcon au dessus du meeting. Les militants ont été violemment interpellés par la police et McKinnies a été retenue au poste de police pendant un long moment pour une affaire datant de 2014 qui n’avait rien à voir avec le meeting de Trump. Elle risque maintenant 17 ans d’emprisonnement.

Dans un contexte où viennent de se dérouler les élections de mi-mandat qui ont amené de nombreuses femmes et personnes racisées au parlement américain, on pourrait s’attendre à ce que le climat politique soit meilleur pour la contestation sociale. Malgré tout, cette affaire à Ferguson est un bon rappel face aux nombreux crimes de ce types perpétrés par des suprémacistes et des partisans de Trump : la réponse à cela ne peut se contenter de rester sur le terrain des institutions et des élections.




Mots-clés

Donald Trump   /    #BlackLivesMatter   /    Racisme   /    Etats-Unis   /    Monde