Monde

Cuba

Fidel Castro. Dernier hommage à La Havane et transfert des cendres à Santiago

Publié le 1er décembre 2016

Cuba continue à vivre au rythme de l’impact de la mort de Fidel Castro, vendredi 25 novembre. Neuf jours de deuil national ont été décrétés et après un hommage populaire qui lui a été rendu, mardi soir, Place de la Révolution, l’urne contenant ses cendres sera transportée à travers toute l’île jusqu’à Santiago de Cuba dans une sorte de trajet à rebours de celui opéré par la colonne commandée par Fidel Castro entre Santiago et la capitale, du premier au 8 janvier 1959.

La Izquierda Diario – CT

L’hommage populaire et national qui était rendu à Castro dans la capitale mardi soir était à l’image du rapport absolument contradictoire entre la révolution cubaine et le régime. Alors que plusieurs centaines de milliers de personnes venues de la capitale et de l’Ouest de l’île se rassemblaient sur l’emblématique Place de la Révolution, sous le portrait géant de Guevara, plusieurs dignitaires étrangers étaient également présents : les chefs d’un certain nombre de gouvernements post-néolibéraux latino-américains, à l’instar de Morales (Bolivie), de Correa (Equateur) ou encore de Maduro (Venezuela) et d’Ortega (Nicaragua), mais également les présidents Zuma (Afrique du Sud), Mugabé (Zimbabwe) ou Nujoma (Namibie), symboles inquiétants de l’évolution des courants politiques ayant été à la tête des luttes de libération anti-coloniales en Afrique australe auxquelles le régime cubain a grandement contribué.

Mercredi matin, l’urne, recueillant les cendres et qui se trouvait au ministère des Forces Armées a été placé dans un cercueil enveloppé dans un drapeau cubain et chargé sur un convoi militaire qui s’est dirigé vers la Place de la Révolution. Plusieurs dignitaires et proches ont assisté à la cérémonie, à commencer par Raúl Castro, le ministre de la Défense Leopoldo Cintra Frías et le vice-premier ministre Ramón Espinosa, tous deux issus des Forces Armées cubaines, ainsi que Delia Soto, veuve de l’ex président, et deux de ses fils, Alex et Tony Castro.

Le cortège a traversé les rues bordées de plusieurs cordons de havanais, entendant rendre un dernier hommage, alors que la Place de la Révolution, d’où est parti le convoi pour un voyage de quatre jours à travers l’île, était encore remplie de Cubains ayant passé la nuit sur place.

La première étape pour le convoi funéraire est Santa Clara, la ville qui a été le théâtre de combats décisifs entre les forces de la dictature de Batista et la colonne de guérilléros commandée par Ernesto Guevara entre le 15 décembre 1958 et le Premier janvier 1959. C’est à Santa Clara qu’a été construit, en 1997, pour le trentième anniversaire de sa mort au combat en Bolivie, le mausolée en l’honneur du Che.

La destination finale du convoi sera Santiago de Cuba, ville de l’assaut manqué contre la caserne Moncada, le 26 juillet 1953, de l’insurrection du 30 novembre 1956, épisodes emblématiques du processus révolutionnaire. C’est à santiago, seconde ville du pays, qu’arrivera le convoi pour la cérémonie officielle qui se tiendra dimanche.