^

Politique

Le gang Balkany a encore frappé

Fidèle à lui-même, Patrick Balkany baisse le salaire de ses adjoints pour s’augmenter

Bienvenue au pays de l’arnaque ! Levallois-Perret zone de non-droit ? Patrick Balkany défraye une nouvelle fois la chronique. Et pour cause : le plus grand voleur de la politique a décidé de s’augmenter de 56 % en baissant le salaire de ses adjoints.

Patrick Balkany qui est encore embourbé dans des affaires judiciaires et sans doute entrain de préparer une éventuelle retraite forcée, après avoir dissimulé au moins 13 millions d’euros au fisc. Il est notamment soupçonné de « blanchiment de fraude fiscale aggravée », « corruption passive », « blanchiment de corruption » et « prise illégale d’intérêt par une personne dépositaire de l’autorité publique ».

Mais Balkany ne compte par en rester là. La semaine dernière, le maire indéboulonnable de Levallois-Perret a fait voter par son conseil municipal une augmentation de 56 % de son propre salaire. Une décision qui est tout à fait légale – pour une fois – mais qui pousse les adjoints du maire à diminuer leurs salaires de 75 euros. En effet, la législation impose une enveloppe globale à ne pas dépasser pour les rémunérations des adjoints et du maire, qui diffère selon la taille des villes.

Une manœuvre pour contrecarrer la loi sur le non-cumul des mandats

Si le couple Balkany peut se permettre d’avoir des billets de 500 euros dans leur peignoir, ils semblent ne jamais en avoir assez. D’après Le Monde, en 2014, alors que Balkany siègeait à l’Assemblée nationale tout en étant maire de Levallois, il ne pouvait pas toucher « plus d’une fois et demie son indemnité de député ». Il avait donc été contraint de baisser son salaire pour atteindre le confortable plafond de 8 272 euros au total (soit plus de 7 fois le SMIC de l’époque).

En 2017, avec la loi sur le non-cumul des mandats, Balkany a vu ses revenus chuter à 3 075 euros brut mensuels. Subissant une loi contre laquelle il s’était positionné – en 2008 il avait même voulu faire voter une loi obligeant le cumul des mandats -, il ne pouvait pas en rester là. Et il s’est donc augmenté de 56 % et touchera 4 257 euros par mois, soit le maximum autorisé pour une commune de cette taille. Il faut également ajouter à cela sa pension de retraite dû à son mandat à l’Assemblée nationale. La moyenne de cette pension est de 2700 euros net – plutôt cher payé pour 5 ans de mandat.

Si Balkany a trouvé de quoi augmenter ses revenus déjà bien conséquents, d’autres élus ont également choisi de s’octroyer de large augmentation. Paris Match explique ainsi que le maire d’Orléans avait quadruplé son salaire, de 960 à 4 120 euros net par mois ; le maire de Cholet était passé de 2 006 à 3 623 euros brut ; le président de l’agglomération de Roanne avait quant à lui augmenté son salaire pour passer de 2 757 à 5 187 euros net par mois.

Cette affaire n’est donc pas un cas isolé mais bel et bien le symbole d’une caste politicienne qui continue à profiter du système pour s’enrichir sur le dos de ceux qui souffrent au travail et touchent bien souvent une retraite de misère.




Mots-clés

Patrick Balkany   /    corruption   /    Politique