^

Politique

Profiteurs (et défenseurs) du système

Fiesta : le groupe RN (ex-FN) dépense sans compter

Le groupe parlementaire ENL (Europe des Nations et Liberté) dont font partie les députés RN (ex FN) a été pris les mains dans le sac par les instances de contrôle du parlement européen pour des dépenses irrégulières s’élevant à 500 000 euros. Les principaux mis-en-cause pour ces dépenses sont les euros-députés français du Rassemblent National.

Crédit Photo : Kathleen Franck / RTL

Champagne, restaurants de luxe et cadeaux de noël… C’est ce type d’achats, faits avec les fonds du parlement européen, qui est reproché aux députés français du groupe d’extrême droite ENL. Ces dépenses sont jugées irrecevables par le parlement européen pour deux motifs principaux, d’une part un manque de justificatifs et d’autre part, des frais ne relevant pas des frais de fonctionnement du groupe. Parmi ces dépenses jugées non-remboursables on comptera des repas à plus de 400 euros par personne dans de grands restaurants parisiens, des bouteilles de champagne dont certaines à plus de 80 euros ou encore des cadeaux de noël… Il faut aussi noter que le RN devra rembourser aussi 60 000 euros au titre d’irrégularités similaires pour l’année 2016.

De leur coté, les euro-députés d’extrême droite se défendent en se cachant derrière des « interprétations différentes » des lois régissant les marchés publics censés réguler ce type de dépenses. Ils promettent en sus de mieux réguler ce type de dépenses à l’avenir.

Cette demande de remboursement se cumule aussi aux 300 000 euros réclamés par le tribunal de l’UE pour l’emploi irrégulier d’une attachée parlementaire par Marine Le Pen lorsqu’elle siégeait au parlement européen. Notre camarade Philippe Poutou l’avait d’ailleurs très justement attaquée sur ce point lors du débat pour l’élection présidentielle : « On a aussi Marine Le Pen, pareil, on pique dans les caisses publiques, c’est pas ici c’est en Europe. Et le FN qui est antisystème ne s’emmerde pas car il se protège grâce à l’immunité parlementaire, donc peinard ». Interpellé par la candidate du FN, il avait rappelé « nous, quand on est convoqués, on a pas d’immunité ouvrière ».

La tendance au détournement de fonds se confirme ainsi, malgré un changement de nom du parti. L’extrême droite, même si elle continue à prétendre lutter contre « le système » semble cependant très bien s’accommoder d’un certains nombre de ces largesses.




Mots-clés

#InteretDeClasse   /    Marine Le Pen   /    FN   /    Politique