Notre classe

Une enseignante de philosophie poursuivie pour s’être solidarisée de ses élèves

Foix. Lettre ouverte aux camarades qui gagnent leur pain dans l’éducation nationale

Publié le 4 octobre 2016

Nous relayons ci-dessous un article et une lettre ouverte publiés sur iatta.info : https://iaata.info/Suites-des-poursuites-contre-une-enseignante-de-philosophie-de-Foix-en-lutte-1583.html

Notre camarade Marianne T. est convoquée devant la justice le 11 octobre. Il lui est reproché d’avoir pris une part jugée trop active au mouvement contre la loi travail. Elle comparaît pour « outrage », « organisation d’un rassemblement non autorisé » et « incitation à la rébellion ».

Sans idéaliser les conditions précédentes du salariat, rappelons que cette loi travail réduit à néant les maigres droits qui restaient aux salariés. Toutes les limites à l’exploitation des salariés par leurs patrons (le plus souvent issues de luttes collectives) doivent sauter pour que le contrat individuel de travail règne en maître. Les travailleurs seuls, atomisés, subiront donc de plein fouet l’inégalité du rapport de force entre eux et le capital.

De multiples formes de résistance à cette loi se sont mises en place pendant et depuis des mois : assemblées, sabotages, manifestations, grèves, blocages. De son coté, l’État a déployé les multiples facettes de sa répression : de la violence du coup de poing contre le lycéen de Bergson à Paris aux intimidations des militant-e-s, comme aujourd’hui à Foix, le pouvoir nous isole pour mieux nous contrôler et briser nos luttes.

À présent l’État confie aux tribunaux la tâche d’enterrer le mouvement.

Contre la violence de l’atomisation de nos vies et de nos luttes par le travail capitaliste, sa police et sa justice : solidarité et action collective ! Abandon des poursuites pour Marianne et pour tous les inculpés du mouvement social ! Rassemblement aux halles Villote à Foix le 11 octobre 2016 à 12 h 30

Le collectif 09 contre le travail et ses lois

Lettre ouverte aux camarades qui gagnent leur pain dans l’éducation nationale ALERTE REPRESSION ..ALERTE REPRESSION : ceci n’est pas une simulation

Marianne Thomat

Enseignante de philosophie au lycée G. Fauré de Foix je passe en procès le 11 octobre suite à ma participation à une manifestation lycéenne (le 24 mars 2016) contre la loi El Khomri. Je suis accusée d’avoir "outragé deux fonctionnaires de police, organisé un rassemblement non déclaré et provoqué à la rébellion (débrayage de cours et jets d’œufs sur le local d’un parti politique)". J’étais la seule enseignante à accompagner les élèves ce jour là et je n’ai pas l’habitude de serrer la main des RG dont deux exemplaires nous ont suivis pendant toute la manifestation. Les plaintes émanent de ces deux exemplaires et de l’éducation nationale en la personne du proviseur d’un lycée professionnel de Foix.

Je m’adresse à vous car ce procès relève d’une situation politique globale qui dépasse ma seule personne et menace désormais tous les personnels qui assument une solidarité "politique" avec les élèves alors même que celle-ci s’exprime dans l’espace public de la rue et hors des murs de leur propre établissement.

Les temps ont bien changé. Du coté des enseignants l’abandon du combat politique fait qu’on peut se retrouver seul dans la rue avec les élèves [1] et du coté de l’ État la présomption d’un simple débrayage de cours ou du jet de quelques misérables œufs sur un local du PS mérite la correctionnelle. L’attitude de retrait des enseignants et l’agressivité de l’État vont bien sûr ensemble. Plus on aura peur des conséquences judiciaires de nos engagements et plus la "justice" frappera fort. Plus on aura peur de s’engager dans des actions collectives et plus on exposera ceux et celles qui le font à être la cible de la "justice". [2]

Ce procès n’est qu’un signe de la dimension sécuritaire qui prend le pas sur la dimension critique dans l’éducation nationale comme dans la société en général (dimension critique qui est pourtant la finalité que les bourgeois eux mêmes ont théoriquement donnée à l’école républicaine).
Pourquoi tant de caméras de surveillance se mettent-elles en place dans les établissements scolaires alors qu’il faut par ailleurs être très prudents dans ce que l’on peut dire sur les derniers "attentats" ? [3] Pourquoi faut-il exécuter des exercices "alerte confinement attentats" dont l’efficacité est discutable alors que les programmes d’histoire de terminale ne rendent pas obligatoire la réflexion sur la guerre d’Algérie ? Pourquoi doit-on "se protéger" obsessionnellement plutôt que de s’exposer à comprendre ? Pourquoi tenter de comprendre des événements nous expose-t-il à des sanctions alors que la seule existence de ces événements justifie du point de vue de l’État la mise en place de mesures sécuritaires et liberticides ? [4] Est-il interdit de parler de la responsabilité des États dans les menaces terroristes ou encore nucléaires (je rappelle qu’on a aussi l’exercice "alerte accident nucléaire" alors que la France est le deuxième pays au monde en termes de nombre de centrales nucléaires) ? Le "devoir de réserve" quand il atteint de telles proportions est-il autre chose qu’un diktat idéologique ? De même pourquoi l’éducation nationale nous propose-t-elle de faire appel à une comique "réserve citoyenne" pour parler en classe des sujets conflictuels si ce n’est pour s’assurer que le dogme républicain sera bien respecté ? [5]
Du coté des élèves et de leurs parents la pression monte aussi en intensité. De la même façon que le travail salarié envahit de plus en plus ce qu’il reste de vie aux salariés on peut lire par exemple dans certains règlements intérieurs que les élèves internes "représentent la cité scolaire à l’extérieur de l’établissement" et doivent "adopter un comportement exemplaire lors de leurs sorties libres". [6] De même, sous prétexte de "coéducation", les administrations des collèges et des lycées, de plus en plus incapables de parler aux enfants et aux adolescents, harcèlent parfois leurs parents en leur téléphonant plusieurs fois par jour pour qu’ils justifient leur moindre retard, tout cela avec un ton moralisateur détestable.

Si nous continuons à exercer le métier d’enseignant n’est-ce que pour le salaire ou bien parce que l’on estime que l’on peut encore jouer un rôle dans la construction de la réflexion politique/critique des élèves ? Si on a encore cet espoir pourquoi ne sommes nous pas plus combatifs contre ce qui ruine cet espoir ? Avoir un idéal révolutionnaire d’émancipation alors qu’on est fonctionnaire de l’État est certes un paradoxe mais ne vaut-il pas mieux faire vivre ce paradoxe plutôt que de le supprimer en se contentant de "fonctionner" ?

Des camarades ont organisé un rassemblement de soutien sous la halle de vilotte à Foix le 11 octobre à partir de 12h30 (le procès a lieu à 14h). Tous les personnels de l’éducation nationale sont couverts par le préavis de grève hebdomadaire du syndicat national Sud Éducation.

Une caisse de solidarité financière a été ouverte ; on peut envoyer des chèques au nom de Marianne Thomat à l’adresse suivante : Solidaires 09 (soutien Marianne), 21 rue des chapeliers, BP 128, 09003 Foix cédex. L’argent qui ne sera pas utilisé pour mon procès sera versé à la legal team de Toulouse.

[1] Une mère d’élève me parlait il y a quelques jours du temps où des profs de physique pouvaient détourner le circuit électrique d’un lycée pour alimenter la sono des élèves grévistes !!
[2] Pour les RG qui liront ce texte je précise que le sens des guillemets à "justice" n’est qu’une façon de dire une banalité, à savoir que le légal n’est pas le légitime, ce dont les prétendus milliers de résistants français dont l’État a pu se glorifier étaient par exemple bien conscients.
[3] La ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a admis (voir la presse du 25 août 2016) que dix enseignants fichés S avaient été suspendus de leurs fonctions à la rentrée dans l’attente d’une exclusion définitive ; et pourtant le PS a eu la clairvoyance de faire un communiqué pour protester contre l’état d’urgence en Turquie et le limogeage de nombreux enseignants ! (voir www.parti-socialiste.fr/blog/linquietante-repression-contre-monde-educatif-turc).
[4] Si les caméras de surveillance repéreront peu de "terroristes" elles permettront sans doute à notre "partenaire" police nationale, bien planqué à l’ombre de la vie scolaire, de pister tous les "comportements déviants".
[5] Certains diront que le côté rassurant de ce concept de "réserve" c’est qu’il concerne normalement des espèces en voie de disparition !
[6] "L’élève en sortie libre représente la cité scolaire à l’extérieur de l’établissement et se doit d’adopter un comportement exemplaire. La répétition de comportements déviants lors des sorties libres expose l’élève à une exclusion définitive de l’internat".