^

Politique

Législatives

France Insoumise et PCF : après le « score historique », les élections de la discorde

Tandis qu’au PS comme chez les Républicains, l’heure est aux recompositions et aux tensions, la « gauche de la gauche », renforcée par l’obtention de près de 20% des voix au 1er tour, n’est pourtant pas, elle non plus, épargnée par les divisions et la France Insoumise et le PCF présenteront des candidatures divisées aux législatives.

L’énième acte de divorce entre le PCF et la France Insoumise

 
A la veille du scrutin aux législatives, les vieilles dissensions qui traversaient traditionnellement le Front de Gauche ont resurgi au sein des organisations appuyant la France Insoumise. Faute d’accord, la France Insoumise et le Parti Communiste s’opposeront lors des législatives en présentant chacun un candidat dans les circonscriptions. En effet, les relations entre le PCF de Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon n’ont jamais été un long fleuve tranquille. On se souvient des dissensions entre les deux principales figures du Front de Gauche de l’époque lors des élections européennes de 2014 et les tensions sur la distribution des candidatures entre les différentes organisations (PCF, Parti de Gauche, Ensemble, et autres composantes) du Front de Gauche, qui avaient finalement abouti sur un accord commun. Cette fois-ci, et en dépit du « score historique » remporté par le candidat de la France Insoumise, appuyé par les composantes de l’ancien Front de Gauche, la fracture entre le PCF et la France Insoumise s’affiche aux yeux de tous.
D’abord dans les divergences de consignes de vote exprimées au lendemain du second tour. Contrairement à Jean-Luc Mélenchon et Alexis Corbières, porte-parole de la France Insoumise qui ont refusé de donner une consigne de vote pour le second tour, le PCF a, quant à lui, appelé à voter Macron pour faire barrage à Marine Le Pen.

Les législatives, un enjeu central pour le PCF

 
Mais c’est surtout sur la question des législatives que la tension est montée d’un cran. Déjà, la semaine dernière, la France Insoumise a décidé de porter plainte contre le PCF. En cause, l’affiche de campagne du PCF reprenant la photo de Jean-Luc Mélenchon et des éléments graphiques de la France Insoumise, choses pour lesquelles la FI accuse le PCF de chercher à « semer la confusion chez les électeurs qui ont voté pour le candidat de la France Insoumise en faisant croire que les candidats du PCF aux législatives ont le soutien de Jean-Luc Mélenchon ». Dans ce climat, l’accord de candidatures communes entre le PCF et la France Insoumise qui devait sortir ce dimanche n’aura pas lieu. Tout juste, des accords de désistements dans 20 circonscriptions en faveur du mieux placé au second tour seraient en négociation. La rupture entre la France Insoumise et le Parti Communiste semble donc actée.
L’attitude du PCF lors de la campagne présidentielle – refus des maires PCF d’accorder leur parrainage à Mélenchon, ralliement tardif des militants du PCF à la campagne et utilisation d’un ancien matériel de campagne de l’époque du Front de Gauche affichant les organisations partisanes présentes au sein de la France Insoumise – a largement crispé la direction de FI. S’ajoutant à cela, celle-ci a émis un refus définitif à la proposition de négociation de Pierre Laurent : la France Insoumise ne partagera pas la moitié des investitures avec des candidats du PCF. Et faute d’un accord, chacune des parties se présentera seule dans les circonscriptions.
Les investitures aux législatives sont la pomme de la discorde. Mais l’absence d’un accord commun est surtout l’expression de tensions sous-jacentes entre d’un côté, un PCF à bout de souffle, qui cherche à maintenir hors de l’eau son appareil politique et ses postes, terrifié à l’idée d’être aspiré dans la centrifugeuse de la France Insoumise, et de l’autre, l’OPA de Mélenchon sur la « gauche de la gauche », sorti renforcé après la démonstration du 23 avril, et qui compte bien être au centre de la recomposition qui touche la gauche réformiste, de la gauche du Parti Socialiste aux écologistes.

Photo : Sipa Press




Mots-clés

Législatives 2017   /    PCF   /    Mélenchon   /    Politique