^

Politique

Mépris total

François Fillon « emmerde » ceux qui s’offusquent de ses costumes et de ses montres

François Fillon, l’homme qui enchaîne les affaires plus vite que son ombre, est sans doute sur le point de crée une nouvelle polémique. Alors qu’il était en petit comité, il aurait donné un avis très personnel sur son incompréhension suite aux scandales des « cadeaux » qu’il a reçus.

Alors que François Fillon a pris une veste par Philippe Poutou lors du débat présidentiel à onze ce mardi, le Canard enchaîné fait une nouvelle révélation sur le candidat des Républicains. Ne comprenant pas pourquoi il était critiqué suite aux prix des costumes offerts par l’« avocat » Robert Bourgi, disciple de Jacques Foccart pour la Françafrique, ainsi que pour la montre à 13 000 euros, offerte par l’homme d’affaires Pablo Victor Dana, il se serait emporté auprès de certains proches.
«  Franchement, qu’est-ce que ça peut leur foutre, aux gens, qu’on me paie un costume ou une montre  ? Je les emmerde  ».
François Fillon avait affirmé « avoir eu tort d’accepter [les] cadeaux » de Robert Bourgi sur BFM TV. On voit bien qu’en réalité, loin de se repentir sincèrement, le candidat est toujours hors sol. L’un des buts premier de sa campagne devait être de gagner la base sociale que le PS a perdue. Mais, avec son train de vie, son château, les voitures de luxe qu’on lui prête, les costumes et montres gratuits font de lui un candidat en dehors des réalités de « ses concitoyens ».

Ce n’est pas la première fois que François Fillon montre autant de mépris envers la majorité de la population qui est choquée par ces affaires. En mai, en déplacement au Pays basque, il avait déclaré que «  plus ils manifesteront, plus les Français me soutiendront » et que le fait de montrer sa colère devant un candidat corrompu « c’est un comportement totalement anti-démocratique mais [qu’il] les encourage à continuer ». Si ça continue comme ça, il ne sera pas déçu. Il avait même eu cette blague totalement déplacée « surtout, ne me faites pas de cadeau, il va falloir que je déclare la valeur » alors qu’il avait un pot de piment à la main. Il aurait déjà à ce moment-là déclaré qu’il emmerdait les manifestants venus l’accueillir. « Je les emmerde ! Ce sont des militants politiques d’extrême gauche.  ». Bon déjà, ce ne sont pas que les militants d’extrême gauche qui réprouvent les affaires Fillon mais une bonne partie de la population qui est écœurée de son niveau de vie et de son mépris. Il demande à tout le monde de faire des sacrifices alors que lui-même pioche allègrement dans les caisses.

Alors, quand il continue «  je serai élu sans les journalistes, et après ils verront, ceux-là !  », on ne peut qu’imaginer sa réaction quand il aura la réponse des urnes car pour l’instant il ne remonte pas dans les sondages. Si on peut être élu sans les journalistes, on ne peut pas être élu par une population qui se sent autant méprisée par sa majesté Fillon. Sa défense basée sur la théorie du complot n’est pas vraisemblable ne serait ce que part ses déclarations qui montre bel et bien qu’il ne voit pas où est le mal. La montre c’est sept mois du salaire moyen d’un ouvrier, un an de retraite d’un fonctionnaire. Les costumes c’est plus de deux ans de salaire moyen d’un ouvrier. Mais un ouvrier c’est pas là pour fermer sa gueule ! Peut-être qu’il nous emmerde, mais à nous de bien lui rendre.




Mots-clés

mépris de classe   /    François Fillon   /    Présidentielles 2017   /    Politique