^

Politique

Sapé comme jamais

François Fillon s’est fait offrir pour près de 48 500 euros de costumes par un "ami généreux"

AFP LIONEL BONAVENTURE Pour se remettre du PenelopeGate, François Fillon aurait fait quelques emplettes début février. Quand il ne profite pas de l'argent des contribuables, ce sont ses « amis généreux » qui trinquent. Ainsi, le 20 février, un « ami » lui aurait payé - en espèces – à sa demande deux costumes de luxe pour un montant de 13 000 euros. Une enquête plus tard par le JDD et on découvre que depuis 2012 Fillon aurait reçu pour 48 500 euros de costumes sur mesure achetés dans une boutique de luxe, rue de Sèvres à Paris.

C’est cadeau : 48 500 euros de costumes-sur-mesure

Dans son édition du 12 mars, le Journal du dimanche a révélé qu’un "ami généreux" de François Fillon a signé un chèque de 13 000 euros, le 20 février, pour régler le montant de deux costumes sur-mesure, chez le tailleur Arnys, à Paris. "J’ai payé à la demande de François Fillon. Et sans d’ailleurs en avoir le moindre remerciement depuis", a déclaré « l’ami » au portefeuille bien garni. Selon le JDD, plusieurs autres costumes ont été commandés pour François Fillon chez ce tailleur, depuis 2012. Ils ont tous été réglés en liquide, pour un montant total de 35 500 euros, mais le mystère place sur l’identité du donateur.

Depuis plusieurs mois, de nouvelles révélations ou d’anciens dossiers sortis du tiroir dévoilent ouvertement le « train-train » du candidat soit-disant « anti bling bling » : de ces weekends dans son château dans la Sarthe à la montre suisse de 16 000 euros qu’il porte au poignet. Un train de vie qu’il partage avec ses proches, ses amis patrons et des « amis généreux » qui aiment à lui faire des prêts de sommes mirobolantes et lui offrir des costumes. Des costumes pour garder la face devant les millions de français à qui il tente de faire croire - dernière prestation en date lors du rassemblement au Trocadéro à laquelle se sont joints les franges de droite les plus réactionnaires - qu’il serait victime d’un “acharnement médiatique”.

« Un ami m’a offert des costumes en février, et alors ? »

On vous accuse et vous vous cherchez une excuse ? François Fillon est devenu maître en la matière. A peine l’affaire révélée, Fillon a immédiatement déclaré : « un ami m’a offert des costumes en février. Et alors ? ». Derrière cette affaire, une énième intention de « lui nuire ».

« J’observe que ma vie privée fait l’objet d’enquêtes en tous sens et que ce traitement m’est réservé. Mes faits et gestes sont scrutés tous les jours dans l’intention évidente de me nuire pour m’écarter de la course à la présidentielle » se défend le candidat Les Républicains. Et son entourage considère également que ces cadeaux n’ont "rien de répréhensible" mais qu’il est "totalement extravagant" de soutenir "que certains costumes auraient été payés en espèces", car "aucune maison sérieuse n’accepte des paiements en espèces pour de tels montants".

48 500 euros de budget « fringues » offert gracieusement par un "mécène" ? Rien de plus normal pour le candidat, son entourage et « ses amis ». Son porte-parole, Luc Chatel, dans la même veine, a déclaré sur Europe 1 « on va continuer jusqu’où ? On va regarder si sa grand-mère avait des emprunts russes ? Si elle les a déclaré dans sa déclaration de patrimoine ? ». Les faits ont de quoi faire bondir, la réaction de François Fillon et de son « entourage » encore plus. « Les histoires de soirées à Las Vegas, de costumes ou d’attachés parlementaires, il y en a marre. Les français ont le droit d’avoir un débat sur le fond » a-t-il ajouté. Il y en a marre ? Oui clairement, il y en a assez de Fillon et des ces élus qui croulent sous l’argent, sont grassement payés tout en exigeant toujours plus d’austérité, de chômage de masse et de précarité pour le monde du travail et la jeunesse.

Mise en examen mercredi : des problèmes toujours des problèmes

« Cette histoire de costumes » vient s’ajouter à une longue liste de révélations sur le candidat LR qui s’est engagé à poursuivre la campagne « jusqu’au bout » et qui ne compte pas ciller. Une affaire qui contrairement à ce qu’essaye de faire croire son entourage pourrait lui coûter encore plus cher. En effet, es "dons" supérieurs à 150 euros doivent être déclarés. Ainsi, lorsque les députés acceptent des "dons et avantages", "en lien avec leur mandat" estimés à plus de 150 euros, les députés sont tenus de les déclarer au déontologue de l’Assemblée nationale, comme le précise le règlement de l’Assemblée. Le risque pour Fillon ? Un conflit d’intérêts.

A quelques jours de sa convocation mercredi 15 mars par les juges d’instruction en vue d’une possible mise en examen pour détournement de fonds publics et recel d’abus de biens sociaux ainsi que manquement à l’obligation de déclaration à la HATVP (pour un prêt de 50.000 euros non déclaré obtenu de son ami Marc Ladreit de Lacharrière) , cette révélation sur ces cadeaux vestimentaires noircit un peu plus le tableau. Un tableau qui des emplois fictifs aux costumes de luxe dépeint la vie de François Fillon mais aussi des privilèges d’une caste politicienne, ces autres qui, conscient de l’indignation légitime de la population, font profil bas.




Mots-clés

François Fillon   /    Politique