^

Culture et Sport

Séries

Game Of Thrones. Quand les femmes prennent le contrôle

Il y a deux dimanches, est sorti « Dragonstone » qui est le premier épisode de la septième et avant-dernière saison de Game Of Thrones. Les femmes sont de plus en plus au centre de l'histoire. Cet article contient quelques spoilers. Traduction de Sadek Basnacki de l'article d'Eugenia Lovisolo publié sur le site Izquierda Diario

La septième saison de Game of Thrones contiendra seulement sept épisodes. Le dernier épisode durera 81 minutes pour compenser notamment le faible nombre d’épisodes par rapport aux autres saisons.

Cette septième saison n’est pas basée sur les ouvrages de Georges Martin et dispose d’un budget de plusieurs millions de dollars (on estime le budget à 100 millions de dollars par saison). C’est l’une des séries les plus regardées au monde et cette dernière saison est attendue par tous.

Le début de chaque saison de la série, avec tant de personnages, d’histoires et d’intrigues, ont toujours prétendu être une sorte d’état des lieux. Le premier épisode n’échappe pas à cette règle. Un des aspects les plus intéressants est l’évolution des personnages et à cet égard, il est à noter le changement de place subjectif des personnages joués par les femmes.

Dès le lancement de la série en 2011, il y a eu tout un gigantesque débat autour de la représentation des femmes. Principalement, le débat tournait autour de la violence explicite et de l’hypersexualisation des protagonistes femmes de l’intrigue. Toutefois, au fil de l’histoire, les femmes ont évolué en ayant un rôle plus important dans la politique et la gestion des affaires militaires.

L’exemple le plus important est Daenarys, qui au début de la saga, a été subordonnée aux intérêts de son frère aîné et a même été vendue au chef d’un khalasar de Dothraki en échange de quelques chevaux et quelques troupes. Enfin, elle devient Khaleesi, comme l’expression d’un changement dans sa position subjective, elle est prête à reprendre le contrôle des Sept Royaumes, chose à laquelle elle a travaillé sans relâche pendant près d’une décennie. Dimanche, elle est revenue à « Dragonstone » son foyer d’origine, là où elle est sur le point d’offrir l’une des batailles les plus attendues de la télévision, pour prendre le contrôle du Trône de Fer.

Sansa Stark a une évolution similaire, passant du statut de « princesse classique », elle aspirait à épouser un jeune prince, lui faire donner des enfants et vivre heureux pour toujours. Cependant devant faire face à la violence faite aux femmes, y compris le viol et la torture faites par « ses prétendants » (Geoffrey et Ramsey), elle devient une femme qui défend ses propres intérêts et sa maison, les Stark.

S’affirmant dans les dernières saisons, elle joue un rôle de plus en plus important en s’immisçant dans les affaires politiques, elle va même jusqu’à jouer un rôle déterminant dans « la bataille des bâtards » permettant ainsi de récupérer Winterfell, sa maison natale et lieu stratégique pour contrer l’avancée des marcheurs blancs à l’Ouest.

Il y a également Lyanna Mormont. Une enfant d’environ 12 ans qui a bien plus de moral que tous les seigneurs du Nord. Jon Snow a besoin de toutes les mains, même celles des femmes, la définition centrale est qu’« on ne peut pas gagner une guerre avec seulement la moitié des forces sur la ligne de front ». La grogne des seigneurs du Nord ne s’est pas faite attendre et c’est notre jeune héroïne qui a eu le dernier mot : « Qu’avez vous cru ? Que j’allais tisser au coin du feu tandis que les hommes prennent les armes ? »

D’autre part, et comme toujours, il y a Arya. Fidèle à son esprit indépendant, elle continue à rayer les noms sur sa liste de vengeance en utilisant ses pouvoirs pour se transformer en d’autres personnes.

Ainsi, les personnages féminins occupent la place centrale de l’histoire. Les progrès qui vont dans ce sens vont de pair avec les exigences sociales et la controverse sur la série que nous avons mentionné au début de cet article. Ainsi, cet épisode promet d’offrir un autre regard sur les corps et la vie des femmes qui ne sont pas des stéréotypes dénigrants.




Mots-clés

Féminisme    /    sexisme   /    Culture et Sport