^

Politique

Tou-te-s devant la prison de Lannemazan, samedi !

Georges Ibrahim Abdallah et/ou « La guillotine sèche »

Trente quatre ans. Cela fait trente quatre ans que Georges Ibrahim Abdallah, combattant anti-impérialiste est incarcéré en France. Pourtant, il est libérable depuis 1999. A la veille de la nouvelle manifestation de soutien, Gilbert Hanna fait entendre un cri de colère contre cette guillotine qui ne dit pas son nom.

Qu’il est indécent de voir et d’entendre nos hommes et femmes politiques réclamer la « peine à perpétuité réelle » !

Il n’est pas rare d’entendre leurs voix s’élever au-dessus des brouhahas d’extrême droite qui réclament la peine de mort réelle, de défendre et de réclamer la peine perpétuelle réelle qui sera, comme sous la IIIème République, de même que le bagne de Cayenne, « la guillotine sèche ».

L’ancien ministre de la Justice Jean-Claude Urvoas, d’un gouvernement prétendument socialiste, n’a pas hésité à le confirmer : « nous avons la peine perpétuelle réelle avec Georges Ibrahim Abdallah », répliquant à Nathalie Kosciusko- Morizet sur France Inter, laquelle voulait, elle, l’inscrire dans la constitution de la République Française.

Tous ces « gens » ont oublié leurs valeurs morales. Entre leurs intérêts électoraux et leur démagogie innée, ils sont capables de la pire ignominie. Ils confondent Justice et Vengeance.

Dans le cas de Georges Ibrahim Abdallah, cette affaire, il s’agit d’une vengeance d’État.

Nous dénonçons la politique du gouvernement de la France qui veut rétablir la peine de mort par la non-application des droits et de laisser mourir des prisonniers politiques par excès de détention.

Sinon comment comprendre que le prisonnier politique Georges Ibrahim Abdallah, libérable depuis 1999 et ayant obtenu par décision du juge d’application des peines, sa libération avec expulsion au Liban, est maintenu sous les verrous ?

Georges Ibrahim Abdallah va entamer sa 34ème année de prison au mois d’octobre 2017.

Ne laissons pas en notre nom se perpétuer ce déni de justice et le rétablissement de la peine de mort par détention.

Exigeons la signature du Ministre de l’intérieur, comme le prévoit la décision judiciaire, de l’arrêté d’expulsion. Nous demandons que se lèvent toutes les bonnes volontés pour que la peine de mort indirecte ne soit rétablie en France.

Manifestation Nationale, à l’appel de tous les comités de soutien, devant la prison de Lannemezan le Samedi 21 Octobre 2017, à 14h. Départ devant la gare de Lannemezan.




Mots-clés

Liban   /    Georges Ibrahim Abdallah   /    Impérialisme   /    Prisonniers politiques   /    Israël   /    Prisons   /    Proche et Moyen-Orient   /    Palestine   /    Politique