^

Société

Impunité policière

Gilets Jaunes. Un homme en fauteuil roulant poussé par terre par des gendarmes

Alors que partout dans les médias, on félicite les forces de répression qui auraient « maintenu l’ordre » dans le calme et le professionnalisme, les vidéos et les images qui inondent les réseaux sociaux montrent un déchaînement des violences policière partout dans le pays contre les Gilets Jaunes.

Dans cette vidéo, qui a beaucoup tourné sur les réseaux sociaux depuis hier, on voit des gendarmes humilier et pousser par terre un homme en fauteuil roulant lors d’une des manifestations des Gilets Jaunes ce samedi.

A travers la succession de ces vidéos de violences et d’humiliation, on voit que l’objectif des forces de répression, est bien de terrifier l’ensemble des manifestants pour les dissuader de continuer à se mobiliser. Une stratégie passant par des violences extrêmes, comme le fait de tirer au flash-ball à bout portant sur les manifestants, engendrant des mutilations irréversibles – œils crevés, joues arrachées, organes perforés… - mais aussi par des humiliations systématiques.

En témoigne cette vidéo, la vidéo des lycéens de Mantes-la-Jolie que les policiers ont obligé à rester à genoux, les mains derrières la tête pendant plusieurs heures, ou encore les témoignages des lycéens sortant de garde à vue, racontant les insultes sur leurs physiques, etc. On voit ici que ceux qui subissent le plus ces humiliations, insultes et violences, de la part de ces forces de police réactionnaires, sont bien-sûr les plus opprimés, personnes racisées, femmes, minorités de genre et personnes handicapées.

Qui, en voyant cette vidéo, pourrait encore croire la propagande sur la nécessité d’arrêter des Gilets Jaunes « venus pour casser et tuer » comme l’a déclaré l’Élysée ? La vidéo montre au contraire l’inanité du discours de la presse dominante et du gouvernement, selon lesquels les policiers auraient maintenu l’ordre en ne s’en prenant qu’aux soi-disant « casseurs ». En réalité, la police est prête à s’en prendre à un homme handicapé, et à le violenter gratuitement, et le discours de division entre bons et mauvais manifestants ne vise qu’à légitimer les violences qui s’abattent sur l’ensemble des Gilets jaunes et de leurs soutiens.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Handicap(s)   /    Violences policières   /    Répression   /    Société