^

Politique

55 000 manifestants !

Grand succès de la manifestation du 22 mars à Marseille

La manifestation du 22 mars a été un grand succès à Marseille. 55 000 personnes selon les organisateurs et 9 400 selon la police ont défilé entre le Vieux-Port et la place Castellane.

55 000 manifestants selon les organisateurs et 9 400 personnes selon la police, la manifestation du 22 mars à Marseille se situe parmi les manifestations les plus massives de ces dernières années dans la cité phocéenne, dépassée seulement par la marche la plus massive contre la loi El Khomri après plusieurs semaines de mobilisation. Ces chiffres sont d’autant plus enthousiasmants que 600 cheminots marseillais étaient dans la capitale pour renforcer le cortège parisien et que d’autres villes de la région ont organisé leurs propres cortèges, des manifestations également impressionnantes par leur nombre, 5 000 personnes à Avignon et 800 personnes à Digne.

Une manifestation ne s’évalue pas seulement par le nombre de personnes mais aussi par l’ambiance qui s’en dégage. Il y a deux types de manifestations : celles où chacun défile sans réel enthousiasme comme une forme de baroud d’honneur et d’autres où une telle rage se dégage qu’elle augure de nouvelles manifestations encore plus massives que la première. La manifestation du 22 mars à Marseille appartient résolument à la deuxième catégorie. Les slogans contre la casse de la SNCF, la sélection à l’Université et les coupures budgétaires dans l’ensemble des services publics ont résonné plusieurs heures dans les rues de la ville.

Si la majeure partie du cortège était constituée par les rangs de la CGT, ce ne sont pas moins de sept centrales syndicales qui étaient présentes (SUD, FSU, UNSA, CFDT, CFTC, FO). Comme de coutume, FO a défilé de son côté et a attendu les autres manifestants à leur arrivée, place Castellane. Les cheminots qui n’étaient pas à Paris constituaient la tête de cortège, révoltés par l’ampleur de l’attaque du gouvernement. La grève des travailleurs du rail a été très suivie dans la région marseillaise : seul un TER sur trois, un TGV sur deux et un seul Intercités ont circulé entre mercredi 21 mars 19 h et vendredi 23 mars 8 h dans la région PACA. Aucun train ne circulait à Marseille et Lyon.

Les traminots, les personnels hospitaliers, les retraités durement impactés par la réforme de la CSG étaient également présents en nombre. Une centaine de jeunes, avec des lycéens et des étudiants, constituaient sans doute la partie la plus dynamique de la manifestation et défilaient devant l’imposant cortège des enseignants, tous ensemble pour la défense du service public de l’éducation face à la mise en place de Parcoursup et l’instauration de la sélection à l’entrée à l’Université que cela représente.

Les militants marseillais ne sont pas fatigués. Ils vont à nouveau descendre dans la rue, ce samedi, à 15 heures, aux Réformés pour obtenir la fermeture du local fasciste « Bastion social », rue Navarrin, constitué sur le modèle de Casapound en Italie et qui compte également une succursale dans la ville voisine d’Aix-en-Provence. La manifestation du 22 comme celle du 24 ne sont qu’un avant-goût de nouvelles manifestations à venir pour défendre les travailleurs du rail et de toute la fonction publique en général, au cours d’un printemps qui pourrait s’avérer de tous les dangers pour le gouvernement…




Mots-clés

Manifestation   /    Cheminot-e-s   /    Marseille   /    Emmanuel Macron   /    Politique