Notre classe

La classe ouvrière est internationale

Grenoble. Les travailleurs de Caterpillar en grève le 15 … pour soutenir leurs collègues belges

Publié le 12 septembre 2016

Début septembre, la direction de Caterpillar annonçait la fermeture du site de Gosselies, en Belgique. Une véritable boucherie, qui pourrait atteindre la barre des 8 000 licenciements. Ce vendredi, Cathy Verhaeghe, déléguée principale SETCa (fédération syndicale belge), a confirmé que le site grenoblois du groupe serait en grève le 15 septembre, en soutien de leurs collègues wallons.

Frédéric Apoyo

Le 2 septembre dernier, l’annonce de la fermeture du site Caterpillar de Gosselies, en Belgique, avait provoqué la colère – légitime – des travailleurs. Cest ainsi que lusine avait immédiatement été bloquée et occupée par les ouvriers, entamant de fait un bras de fer avec la direction. Il faut dire qu’avec près de 8000 emplois menacés, l’attaque était de grande ampleur, et il fallait bien une réponse à la hauteur pour entamer le rapport de force. Loin d’être un coup d’éclat, les ouvriers et syndicats ont commencé à sorganiser pour entrer dans la bataille, ce qui a débouché sur l’organisation d’une manifestation à Charleroi le 16 septembre prochain.

Historiquement, la direction de Caterpillar a toujours joué la carte de la concurrence entre les différents sites du groupe. C’est ainsi qu’un certain nombre d’activités seront délocalisées à Grenoble : un procédé qui tend à maximiser les profits et, par la même occasion, à diviser les travailleurs entre eux. Cependant, ce coup ci, la manœuvre n’a absolument pas fonctionné. En effet, la voix choisie par les ouvriers de Grenoble est bel et bien celle de la solidarité ! En effet, le site isérois sera en grève le 15 septembre, à la veille de la manifestation de leurs collègues belges. Une date qui correspond à la grande manifestation contre la loi travail appelée nationalement le même jour, et qui entre en résonnance avec les velléités du tous ensemble exprimé au printemps dernier. À une échelle supérieure toutefois, c’est à dire par-delà les frontières.

L’initiative des travailleurs grenoblois est un exemple à suivre. En effet, les ouvriers isérois de Caterpillar font, par ce biais, preuve d’une solidarité internationaliste qui met à mal toute la politique de parcellisation de la classe ouvrière à l’échelle mondiale. Loin de succomber à la manœuvre de la direction, les travailleurs grenoblois répondent durement par la meilleure arme qu’ils ont à leur disposition : la grève. Et le message envoyé à l’ensemble de notre camp social, ainsi qu’à la bourgeoisie, et aussi simple que salvateur : nos intérêts sont les mêmes que ceux de nos frères et sœurs de Gosselies.