^

Monde

Guyane

Grève à EDF Guyane : près de 40 % du département privé d’électricité

Depuis 7 semaines, les travailleurs EDF sont en grève. Plusieurs villes ont été privées d’électricité ce mardi 2 mai, pendant quatre heures environ. Près de 40 % du département a été impacté, soit 27 500 foyers dont 14 000 sur l’île de Cayenne, 10 000 à Kourou et 3 000 à Saint-Laurent-du-Maroni.

Le 21 avril, la mobilisation historique des Guyanais a partiellement payé par la signature d’un accord de fin de conflit. Ils ont obtenu 3,2 milliards d’euros de la part de l’État pour financer un plan d’urgence, soit 2,1 milliards de plus que ce qui avait été proposé par la ministre des Outre-mer le 2 avril dernier. Les barrages ont donc été levés.

Cependant, la lutte continue en Guyane notamment dans plusieurs secteurs clés comme dans les hôpitaux et EDF.
Après des négociations infructueuses entre la direction et le syndicat UTG (Union des travailleurs Guyanais) EDF Guyane, les agents EDF sont entrés en grève illimitée à partir du 20 mars.
Les salariés dénoncent un plan d’austérité d’EDF, ils demandent de favoriser les embauches locales et d’améliorer les conditions de travail et de sécurité ainsi que le départ du directeur EDF Guyane. Les grévistes luttent notamment pour que soient comblés « 84 postes vacants » et le «  paiement des jours de grève ». La direction bloque sur la question des emplois. Quant au paiement des jours de grève, « depuis le début, on a précisé qu’ils ne seront pas payés, mais on est prêts à discuter de l’étalement dans le temps  » de cette mesure, déclare le porte-parole d’EDF, Philippe Lahari.

Pour se faire entendre, les travailleurs grévistes durcissent leur mouvement en prenant le contrôle depuis jeudi 28 avril des quatre sites stratégiques qui pilotent l’alimentation électrique du territoire. Les coupures de courant sont plus longues. Dans leur communiqué, les grévistes préviennent la population qu’ils procéderont à des baisses de charge de 30 %, comme leur permet la loi, « à n’importe quel moment de la journée ou de la soirée ». Connaissant la vétusté du réseau guyanais, ces baisses de charge ont très vite provoqué des coupures électriques. Micheline Antoinette, déléguée syndicale adjointe de l’UTG Éclairage, estime que : «  Le seul levier de pression dont nous disposons reste l’énergie.  ».

Dans le même temps, ce mardi 2 mai, la direction d’EDF fait appel à la justice de classe en demandant une médiation auprès du tribunal de grande instance de Cayenne afin de trouver une issue au conflit.
La seule voie favorable pour obtenir satisfaction est bien celle de la grève. Leur arme est celle du blocage de l’énergie, secteur stratégique de l’économie.
La victoire partielle de la mobilisation exemplaire en Guyane a bien été le résultat du nombre mais aussi le fruit de la détermination dans la rue des Guyanais. Une nouvelle fois, ce sont bien les travailleurs d’EDF, mais aussi les hospitaliers toujours en grève, qui doivent imposer leurs revendications par la grève ainsi que par la solidarité de la population.




Mots-clés

Guyane   /    Grève   /    EDF   /    Monde