^

Notre classe

Toujours déterminé-e-s !

Grève à la raffinerie Total de Feyzin, la production à l’arrêt

A Feyzin, près de Lyon, la raffinerie est en cours d’arrêt. Depuis jeudi soir, début du mouvement de grève suivi à 95% par les salariés de la production, aucun client n’est livré.

Photo : JEFF PACHOUD / AFP

Le mouvement de grève est très suivi selon le syndicat FO, majoritaire sur le site. Ce sont 95% des 300 salariés postés à la production, dont les services de vapocracker et de raffinage, qui ont cessé le travail pour dénoncer leurs conditions de travail. « Les installations sont en phase d’arrêt depuis jeudi 19 h », des manœuvres qui prendront « plusieurs jours » et « aucun client n’est livré », selon FO. Le mouvement a débuté, après le refus de la direction sur des bonus notamment.

Les salariés de la raffinerie, qui compte 600 salariés et produit 117.000 barils par jour, dénoncent le manque d’effectifs, les non remplacements de postes qui provoquent une surcharge de travail et de l’épuisement professionnel. Certains congés sont refusés. Les revendications des grévistes sont de meilleures conditions de travail, une prime de 1000 euros, liée au résultat historique Sécurité, ainsi que la création d’un CDI pour l’infirmière du site.

Première victoire, la direction de la raffinerie Total a cédé en partie sur trois autres revendications portant sur l’organisation des plannings, une indemnité kilométrique et le renforcement de la polyvalence des salariés. Le mouvement de grève est toujours déterminé. Hakim Bellouz, délégué central FO, indiquait ce week-end qu’il « n’y a aucun changement, la plateforme est toujours en grève, les installations sont toujours en cours d’arrêt ».

En mai 2016, les raffineurs du site de Feyzin étaient déjà mobilisés, tout comme 8 autres raffineries en France, et bloquait déjà la production pour batailler contre la loi Travail, dans une lutte emblématique et déterminée. On se rappelle notamment de l’envoi des CRS pour débloquer les dépôts mais aussi des manœuvres du gouvernement visant à cacher une pénurie d’essence pourtant connue de tous. Là aussi la direction du site joue à la bataille de communication.

Selon la direction, le risque d’une pénurie a été écarté : « Total est capable de mettre en place une logistique pour alimenter les stations-service ». Pourtant comme l’affirme la direction elle-même, aucun client n’est livré depuis jeudi 19h. Le groupe affirme qu’il continuerait à alimenter sa clientèle à partir d’autres raffineries. Raison de plus, pour que le mouvement s’élargisse à d’autres raffineries, d’autant que le plan de suppression de poste de 2015 entrepris par Total dans la raffinerie est en train de peser. Un rassemblement de salariés et une Assemblée générale est prévu devant la raffinerie ce mardi à 10 heures. Selon FO, sur place, « les gens sont déterminés ».




Mots-clés

Grève   /    Grèves raffineries    /    Syndicat   /    Notre classe