^

Monde

Vue de Belgique

Grève chez Ryanair : 48 vols annulés en Belgique

En Belgique, Ryanair fait face à un mouvement de grève d’ampleur du personnel de cabine. Une grève suivie par les travailleurs de plusieurs pays européens pour dénoncer les conditions d’exploitations de la compagnie low cost.

Crédit photo : Isopix / Sipa

Depuis bientôt deux mois la compagnie Ryanair fait face à un mouvement de grève de son personnel à échelle européenne. Rien qu’en Belgique, ce ne sont pas moins de 48 vols qui ont été annulés en raison du mécontentement du personnel de cabine. Le mouvement de grève s’étend aujourd’hui dans cinq pays européens. Au Portugal, au Pays-Bas, en Italie ainsi qu’en Espagne et en Belgique, on se mobilise pour des conditions de travail descentes. Au total, 150 vols ont été annulés dans toute l’Europe.

Ainsi, les différents syndicats revendiquent l’application des lois nationales et non l’unique législation irlandaise assignée à tous. En Belgique, les dernières négociations avec les syndicats n’ont pas abouti. Ryanair, concède ainsi l’application du droit du travail du pays, à condition que celle-ci ne concerne que les salariés contractuels de la compagnie elle-même. Une proposition inacceptable, alors que ces derniers ne représentent que 50 % du personnel. Yves Lambot, membre du syndicat CNE (syndicat majoritaire à Ryanair) et salarié à Charleroi, y voit « une tromperie de la part de Ryanair » . La compagnie de son côté, semble en effet rester sourde aux revendications. Elle va même au-delà en faisant la chasse aux syndicalistes. Pour preuve, la semaine dernière, un steward Belge a fait l’objet d’un licenciement pur et simple après avoir parlé de la mobilisation dans la presse en tant que militant syndical.

On commence à bien connaître Ryan Air ainsi que ses techniques managériales, depuis longtemps décriées. Une politique de Turn Over décomplexée et une course à la performance de chaque instant, la compagnie low cost fait figure d’exemple parmi les pires modèles managériales du XXIème siècle. Modèle qu’incarne parfaitement Michael O’Leary, CEO de Ryanair. Connu pour ces attaques à l’égard des grévistes, ce dernier soutenait que le mouvement prévu pour ce vendredi ne serait pas suivi, et se ferait en dépit des travailleurs. Des pronostiques s’avèrent aujourd’hui faux, et mettent la compagnie une fois de plus dans l’embarras. Celui-là même qui soutenait notamment que la Belgique « était un petit pays pour Ryan air », voit un mouvement d’ampleur se dessiner, avec 1 vol sur 3 annulé rien que dans ce pays. Le bras de fer ne fait que commencer pour preuve la grève a été reconduite pour ce vendredi 28 septembre et s’annonce déjà comme l’un des plus grands mouvements de protestation que Ryanair ait connu.




Mots-clés

Grève   /    Belgique   /    Monde