^

Genres et Sexualités

Histoire de femmes

Grève de femmes, luttes féministes : le combat d’ONET vu par Françoise Vergès

Après 45 jours de grève, des femmes, travaillant pour la compagnie Onet dans les gares du nord de l'Ile-de-France, ont remporté une victoire. Malgré les menaces, malgré les assignations au tribunal administratif, ces femmes ont souligné, lors de réunions qu’elles ont tenues avec leurs alliés des syndicats, d’associations ou de soutiens individuels, combien cette lutte avait été importante pour elles, pour découvrir à la fois une autonomie et la solidarité.

Crédit Photo : O Phil des Contrastes

Ces deux notions, autonomie et solidarité, apparaissent toujours comme essentielles. D’une part, on réalise que l’on n’est pas seule à se sentir humiliée, exploitée, fatiguée, et on ne peut sous-estimer la force et l’énergie que donne cette réalisation et qui peut s’exprimer en ces termes : « Ce n’est pas moi qui va mal, ce sont mes conditions de travail, le fait que je sois sous-payée qui ne va pas !  » D’autre part, la solidarité qui s’exprime au-delà du groupe et fait rencontrer des femmes et des hommes que l’on n’aurait jamais rencontré.e.s, à qui l’on n’aurait jamais parlé et qui viennent, écoutent avec attention, offrent diverses formes de soutien – écrire un article, une BD, rassembler une cagnote, venir à une manifestation, être là tout simplement – donne aussi force et énergie. À plusieurs reprises, les femmes qui prennent la parole au cours des réunions tiennent à dire « merci ! ». A travers ce « merci », elles expriment ce que la solidarité représente : une reconnaissance mutuelle entre les femmes qui se mettent en grève et celles/ceux qui les soutiennent. Toute lutte commence « sans garantie » de victoire mais avec la conviction que la victoire est possible, et cette possibilité s’appuie notamment sur la sortie de l’isolement et la division. Si l’isolement et la division ne sont pas exclusives à la condition des femmes, l’organisation sociale les renforce pour ces dernières. Pour se maintenir, on le sait, le capitalisme divise et isole ; non seulement il oppose les groupes entre eux – en jouant sur les différences d’origine, de classe, de genre, de religion et à travers la structuration segmentée du travail —mais il opère aussi une division à l’intérieur de soi. Cette division a été renforcée par l’idéologie des années 1990 dans laquelle la psychologie de l’entreprise a joué un grand rôle et qui répand les idées suivantes : « C’est parce que tu n’as pas assez travaillé ton « employabilité » que tu en es là. Tu ne puises pas assez dans ton « potentiel ». Il faut savoir être flexible. C’est cela être moderne ». Cette idéologie, produite pour accompagner les transformations du capital et du travail, va de l’acceptation du temps partiel présenté comme accommodant les besoins de l’individu et non comme une des nécessités de la segmentation du travail, à la présentation de soi ou à la manière de parler et de sourire. Son obscénité et sa violence sont masquées par le vocabulaire de l’effort individuel et de la psychologie positive. La conquête de l’autonomie et de la solidarité n’en est donc que plus importante. Elle rompt cette logique individualiste qui fait porter le fardeau de la fatigue et du stress sur soi. Chaque lutte implique ce mouvement qui démontre que rien n’est écrit, que le social peut être transformé, que la lutte est possible, et qu’elle apporte, en elle-même et pour elle-même, des choses inestimables – amitié, joie, peur, courage, ensemble.

Qu’est ce qui fait de cette grève de femmes une lutte féministe ? Pourquoi les féministes doivent-elles s’intéresser à cette lutte et qu’est-ce qu’elles peuvent en apprendre ? Je nomme ici féministes, celles qui se battent pour un féminisme politique antiraciste, anticapitaliste et anti-impérialiste donc inévitablement antisexiste, car le capitalisme a besoin de l’un et de l’autre, du racisme et du sexisme. Au moment, où à droite comme dans la gauche de droite, les « droits des femmes » deviennent plus que jamais des arguments pour justifier un « fémonationalisme », que Sara Farris a défini comme une instrumentalisation des droits des femmes pour légitimer l’oppression et l’exploitation des femmes racisées comme les politiques xénophobes, il est urgent d’affirmer que le féminisme n’est pas de renforcer le dispositif punitif contre les discriminations et le harcèlement ni quémander une place dans un monde d’hommes blancs mais un mouvement de libération sociale. Il vise le démantèlement de dispositifs qui légitiment l’exploitation raciste. Un des domaines de la libération féministe a été, et reste, la valorisation du travail dit « domestique » — cet immense domaine qui repose sur les femmes partout dans le monde et qui consiste à « prendre soin ». Ici, cela a signifié nettoyer une gare.

Nettoyer le monde, des milliards de femmes s’en chargent chaque jour, inlassablement. Travail invisible, sous-payé, sous-qualifié mais indispensable pour qu’une société continue à fonctionner. Si le travail de celles et ceux qui nettoient a toujours été méprisé, l’extension de ce champ hors de la sphère « domestique » a augmenté sa hiérarchisation par genre et processus de racialisation. L’activité de nettoyage est aussi devenue une activité de plus en plus dangereuse car, outre les troubles musculo-squelettiques [1], les risques chimiques se sont accrus à de la composition des produits utilisés [2]. Le harcèlement et la violence sexuelle sont des parties intégrantes de cette industrie de précarisation et d’exploitation ; ils indiquent que l’abus de pouvoir est structurel, qu’ils ne sont pas la simple expression d’une masculinité « anormale » mais sont inscrites dans l’agencement même de cette industrie.

Soyons plus claires : l’évolution historique de l’organisation du travail autour de la propreté et du soin est des questions du féminisme politique, et dès lors, de lutter pour l’abolition de ce qui le constitue en champ d’exploitation. Ce travail, qui s’industrialise au 19ème siècle, emploie en France les femmes des classes populaires et dans les colonies, les femmes esclaves puis colonisées. Dans les années 1960-1970, l’externalisation de cette activité crée de nouvelles catégories du travail (constitué en branche professionnelle en 1981) et la société française devient dépendante des femmes migrantes pour effectuer les tâches domestiques dans la sphère privée et publique - femmes migrantes des « outre-mer » amenées par le BUMIDOM, et femmes des anciennes colonies françaises. Les femmes racisées sont de plus en plus indispensables à cette reconfiguration des emplois sous-payés et sous-qualifiés. En outre, la multiplication des immeubles de bureaux exige l’organisation du travail partiel féminin, de nombreuses entreprises s’ouvrent.

Pour mieux comprendre cette industrie, j’ai fait une petite recherche sur l’industrie de la propreté en France, car c’est toujours mieux de bien connaître son adversaire. Selon la Fédération des Entreprises de la propreté et services associés, l’industrie est un marché en constante expansion (1 emploi sur 40 en France). Il représente 13 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an, emploie 500 000 personnes dont 66% de femmes dont 50% des salariées ont plus de 44 ans ; en 2004, au niveau national, 29% était de nationalité étrangère, en Ile de France, 76% [3]. Le temps partiel domine (79%), 47% des salariés travaillent pour plusieurs agences et les femmes sont en majorité des « agents de service », alors que les hommes sont plus souvent aux postes de contremaître. L’Observatoire de la propreté ( !) explique que le temps partiel est organisé pour s’adapter aux besoins des femmes [4]. Les principaux clients sont les bureaux (38%) suivis par le nettoyage d’immeubles (19%) et l’industrie (13%). En résumé : un travail « féminin », harcèlement et violence sexuelle, discriminations raciales et de genre, danger pour la santé, tout cela en fait un terrain de luttes féministes.

Dans cette industrie, la société Onet est leader sur le marché de la propreté. Société familiale créée en 1860 (dont les descendants sont restés à la tête de la boîte), Onet a dès le départ obtenu le marché du nettoyage pour la SNCF. C’est donc une vieille histoire [5]. Onet propose outre le service à la propreté, celui de la sécurité, de la gestion des déchets nucléaires, des services à, la logistique et des soins aux personnes âgées. Car le vieillissement de la population (un Français sur trois aura plus de 60 ans en 2050, contre un sur cinq en 2005 d’après l’Insee) « engendrera un fort dynamisme des métiers des services, et notamment ceux des services à la personne, qui emploient déjà plus de deux millions de Français et créeront 350.000 postes d’ici à 2022, selon la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) ». Sur sa page en ligne, on découvre que les valeurs de la société sont « Écoute, Respect, Audace », qu’elle a créé une fondation qui « se donne pour mission de soutenir l’action en faveur de la solidarité et de la lutte contre le mal logement, en participant à des actions concrètes sur le terrain et en favorisant les prises de conscience sur la problématique du mal logement  », qu’elle a soutenu la sortie du film d’Al Gore sur le climat comme celle du film Demain qui a connu le succès que l’on sait. La société adhère aux 10 principes du Pacte mondial des Nations Unies sur le développement durable, proclame le respect du dialogue social et s’engage pour le « développement de l’employabilité ». Elle a un service « Oasis Diversité » qui anime des sessions de formation dans les métiers de la propreté, des technologies et de l’accueil. Entre 2008 et 2016 son chiffre d’affaires est passé de 1,300 milliards d’euros à 1, 741 milliard, due pour moitié à la croissance des métiers du Réseau Services Onet qui ont progressé de plus de 5% [6]. Pour Onet, l’employé est un « collaborateur » et l’employée une « collaboratrice » qui sont invités à évoluer grâce à l’université Onet. En 2016, Onet comptait « 64 392 collaborateurs », dont 63 % de femmes. Dans les métiers du Réseau Services Onet, il y a «  un contraste important entre les métiers de la propreté dans lesquels les effectifs ouvriers sont très majoritairement féminins, alors que la situation est inverse pour les métiers de la sécurité humaine  » [7] Autrement dit, les femmes racisées font le ménage, les hommes racisés sont vigiles. Toute une série de clips vantant Onet est disponible sur YouTube. Celui intitulé « Life is beautiful » (2016) est très parlant. On y voit une femme blonde en costume pantalon qui entre souriante dans un bureau, autour d’elle, des femmes et des hommes s’agitent à nettoyer murs, sols et étagères, mais ils lui sont invisibles, elle ne les voit pas ; elle va ensuite au supermarché où grâce à Onet, ce qu’elle achète est propre et hygiénique ; elle prend le train nettoyé par Onet avant de se rendre dans un stade nettoyé par Onet et rendre visite dans un hôpital nettoyé par Onet ; on la voit entrer dans une chambre d’hôtel qui vient d’être nettoyée par une employée d’Onet, et enfin marcher dans un gazon débarrassé des nuisibles par Onet. Tout au long du clip, l’invisibilité des personnes qui font ce travail est mis en avant. La femme blanche doit être assurée de tout trouver propre mais sans jamais avoir à être confrontée à la réalité du nettoyage, donc à la présence de celles et ceux qui l’accomplissent. C’est un des principes fondamentaux du nettoyage : le travail, donc la présence de celles qui le font, doit rester invisible. Le capitalisme est une économie de déchets mais qui doit cacher ces déchets et la nature de leur disparition à la partie de la population qui, par sa position de classe, a droit à un environnement propre. Avec cette invibilisation, la personne chargée du nettoyage non seulement disparaît de l’écran social, pourrions-nous dire, mais il autorise le mépris dans lequel est maintenu son travail qui à sont tour légitime violences et discriminations. Le contraste de ce clip avec l’interview filmé de Madame Gueffar licenciée brutalement par Onet après avoir travaillé 14 ans sans un seul jour d’arrêt à nettoyer la gare d’Agen est parlant. La propreté repose sur la violence et l’arbitraire. Mais la femme blanche de classe aisée qui évolue dans un univers propre et sécurisé grâce à des femmes racisées (et des hommes pour la sécurité) ne doit voir ni ces femmes ni cette violence. La réponse de la société aux maladies est de développer la robotisation de certains aspects du nettoyage ce qui permet de continuer à éviter de reconnaître l’importance du travail féminin. Mais le clip « Life Is Beautiful » comporte un autre élément : les employé.e.s que l’on voit s’agiter tout du long sont en majorité blanc.hes ; sans doute un clip qui aurait montré la réelle part des racisé.e.s dans ces métiers aurait mis à jour de manière trop flagrante leur racialisation genrée. La société Onet (secouée par des grèves dont celle de la BNF en 2015 à cause de l’augmentation de la charge de travail par personne) exemplifie donc une industrie qui allie la brutalité du capitalisme et de l’hétéro-patriarcat, le vocabulaire de l’employabilité, le harcèlement sexuel, le non respect des droits, l’exploitation, l’invisibilisation des femmes racisées, l’organisation segmentée, racialisée et genrée du travail, autrement dit ce qui relève du féminisme politique. Dans les années 1970, en Italie et en Angleterre surtout, mais aussi en France avec les travaux de Christine Delphy, le travail dit « ménager » est théorisé qui, ne faisant aucunement partie d’une quelconque « nature féminine », ne peut être gratuit. Dans Wages Against Housework (1975), Silvia Federici écrit que cette gratuité contribue à la perpétuation du capitalisme [8]. Ces analyses partent du travail domestique dans la famille pour « dévoiler l’étendue et l’invisibilité du travail reproductif privé et public sur terre, sa gratuité, et le profit qu’en tirait l’économie du capitalisme. En un mot, il dévoilait la face cachée de la société salariale » [9]. Mais si ces travaux montrent l’importance du travail invisibilisé des femmes, ils portent peu sur sa dimension raciale. Ce sont les féministes noires aux Etats-Unis qui ont fait apparaître les liens historiques entre travail de nettoyage, donc de soin, et racialisation [10]. En France, cette dimension est largement ignorée dans la littérature féministe, pourtant, comme je le signalais plus haut, dès les années 1960, l’État organise la migration des femmes racisées de Guadeloupe, Martinique et La Réunion pour soit être domestiques dans les familles bourgeoises blanches, soit occuper des postes sous-qualifiés et sous-payés dans les services publics, notamment dans les services de nettoyage. Dans le privé, ce sont des femmes racisées qui, dès que l’industrie de nettoyage se développe, qui sont recrutées.

En affirmant avec force qu’elles font bien leur travail, qu’elles aiment leur travail, les femmes grévistes insistent sur la dignité et le respect auxquels elles ont droit et auquel leur travail a droit. Elles exigent que le nettoyage soit considéré comme un travail qui mérite respect, dignité et droits. Leur lutte est au cœur des luttes féministes pour la dignité, contre le racisme et l’exploitation. Le travail séculaire des femmes – le travail de « nettoyage » - est indispensable à la perpétuation de la société patriarcale et capitaliste mais en France, il faut intégrer à son histoire, le travail de soin et de nettoyage assigné aux femmes noires esclaves et domestiques, puis aux femmes colonisées, et aujourd’hui aux femmes racisées françaises ou d’origine étrangère.

[1] En 2016, selon la société Onet, « 124 maladies professionnelles étaient à déplorer (soit 17 de plus qu’en 2015) générant 7092 jours d’arrêts de travail. Elles sont liées à des troubles musculo-squelettiques, première cause des maladies professionnelles dans le secteur de la propreté »

[2] Voir les études du Centre international de recherche sur le cancer et Bureau européen des unions de consommateurs. « Des études ont mis en évidence un lien entre une apparition ou l’aggravation de l’asthme et l’utilisation de l’ammoniac, de l’eau de javel, et de produits de nettoyage notamment en sprays », note Nicole Le Moual, épidémiologiste à l’Inserm, spécialiste de la santé respiratoire et environnementale.

[3] Jean-Michel Denis, « Dans le nettoyage, on ne fait pas du syndicalisme comme chez Renault » Politix, 2009, 1, n° 85, pp. 105-126

[4] Synthèse de juin 2014 de L’Observatoire de la propreté.

[5] Plus récemment, Onet a renforcé son profil européen en 1999 en se joignant à Gegenbauerbosse Allemagne et à OCS du Royaume-Uni pour former Euroliance. Grâce à cette opération, ces compagnies contrôlent 10 pour cent des services de nettoyage du marché européen.

[6] Chiffres fournis par Onet sur sa page.

[7] Page d’ONET en ligne.

[8] Voir : Louise Toupin, Le salaire au travail ménager. Chronique d’une lutte féministe internationale (1972-1977, éditions du Remue-Ménage, 2014 ; Maria Della Costa et Selma James, The Power of Women and the subversion of the community, Falling Wall, 1975 ; Silvia Federici, Caliban et la sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive. Éditions Senonevero/Éditions Entremonde, 2014. Une intervention traduite en français de Roswitha Scholz auteure de Le sexe du capitalisme

[9] Toupin, p. 311.

[10] Analyses qui seront aussi développées au Brésil, puis globalement avec le développement de classes moyennes partout.




Mots-clés

Onet   /    Histoires de femmes   /    SUD-Rail   /    Grève   /    Droits des femmes   /    SNCF   /    Genres et Sexualités