^

Monde

La force des travailleurs

Grève massive depuis deux semaines chez Fiat Serbie

2150 travailleurs sur un peu plus de 2400 se trouvent en grève, depuis deux semaines, à l’usine de Fiat Chrysler de Kragujevac en Serbie. La grève dans cette usine stratégique est en train d’inquiéter fortement le gouvernement et la première ministre en personne est allée essayer de faire l’intermédiaire.

« La grève à l’usine Fiat est le problème le plus grand de l’économie serbe » a déclaré l’économiste Stojan Stamenković. En effet, l’industrie automobile représente l’un des secteurs clés des exportations serbes et l’usine de Kragujevac est l’une des plus importantes du pays.

Les ouvriers sont en grève depuis le 27 juin et exigent des augmentations de salaires (actuellement le salaire des travailleurs chez Fiat est d’environ 300 euros et ils demandent qu’ils soient augmentés jusqu’au moins 355 euros). Ils exigent aussi une réorganisation du travail ou l’embauche de nouveaux travailleurs pour alléger la charge de travail sur les ouvriers qui doivent parfois faire leurs tâches en plus de celles des ouvriers en arrêt de travail ou en congés maternité. D’autres revendications touchent à des compensations pour les coûts additionnels de transport quand ils doivent arriver à des horaires où les transports publics ne sont pas encore en service ou des augmentations pour les primes annuelles.

Depuis deux semaines les travailleurs se rendent à leurs postes de travail mais refusent de travailler. Et malgré le fait que la première ministre, Ana Brnabic, se soit déplacé et tente d’ouvrir un dialogue entre l’entreprise et le comité de grève, les travailleurs ont décidé de continuer leur grève tant qu’ils n’auront pas de garanties quant à leurs revendications.

L’entreprise de son côté laisse courir dans la presse des rumeurs comme quoi elle pourrait quitter le pays et en même temps refuse de négocier avec les travailleurs tant qu’ils sont en grève.

En effet, le patronat, notamment Fiat, craint que de telles grèves se répandent dans le secteur automobile en Serbie, voire dans d’autres branches de l’industrie. La grève chez Fiat à Kragujevac est d’ailleurs inspirée de celle des travailleurs de Magneti-Marelli, un sous-traitant situé dans la même ville, qui fourni l’usine Fiat en pièces détachées.

Le gouvernement essaye de calmer les travailleurs de Fiat en se montrant « conciliant » et faisant des efforts pour ouvrir les négociations. Or, l’Etat serbe détient encore 33% de l’entreprise (anciennement Zastava).

Les grévistes de Serbie ont reçu un message de solidarité avec leur lutte de la part des travailleurs italiens du groupe Fiat. Dans celui-ci ils affirment : « Nous exprimons notre solidarité avec votre lutte. Les raisons de votre grève sont indiscutables (…) Il s’agit des mêmes abus que nous souffrons tous les jours en tant que travailleurs Fiat Chrysler en Italie. (…) Votre lutte est une source d’inspiration et un exemple. Cela montre que nous pouvons et nous devons dire non à Marchionne [PDG de Fiat] ! ».

Effectivement, la grève chez Fiat à Kragujevac est un exemple important et un espoir pour les travailleurs de Serbie et de la région durement humiliés et frappés par des années de privatisations, fermetures d’entreprises, licenciements, bas salaires, chômage et misère.




Mots-clés

Lutte des classes   /    Balkans   /    Grève   /    Internationalisme   /    Europe de l’Est   /    Monde