^

Notre classe

Intérimaires, CDI : mêmes problèmes, même combat !

Grèves d’intérimaires à PSA : une bombe à retardement ? L’exemple de Rennes La Janais

Il y a près de 8000 travailleurs intérimaires dans toutes les usines PSA en France. Partout, les intérimaires ont les plus bas salaires et tiennent des postes très durs. Même topo pour les CDI de l’usine PSA Rennes La Janais : notre salaire est gelé depuis des années et beaucoup de postes vont être supprimés dans le cadre du renouvellement de la chaîne de montage. A, plusieurs dizaines d’intérimaires ont fait grève pendant 2 jours pour des augmentations de salaire. Intérimaires et CDI montrons notre unité face aux petits salaires et aux mauvaises conditions de travail !

Photo : Intérimaires discutant entre eux et avec les représentants des boîtes d’intérim qui les embauchent (Adecco, Manpower, Synergie).

Il y a 10 jours, des intérimaires ont pris l’initiative de faire circuler une pétition entre eux pour réclamer des augmentations de salaire et pour savoir combien d’intérimaires étaient prêts à s’engager dans un débrayage. Les revendications posées par les salariés du MONTAGE concernent l’ensemble des intérimaires du site.

Mercredi 18 octobre : La direction sentant le mécontentement décide de céder les mesures suivantes :
- Passage automatique au bout de 6 mois du coefficient 170 au 180, ce qui équivaut à 30 € brut d’augmentation par mois.
- Si l’intérimaire a déjà 6 mois d’expérience dans son métier avant de travailler à PSA, il passe directement au 180 dès le 1er jour sans attendre les 6 mois.

Pour les intérimaires, la direction était très loin du compte et au lieu de désamorcer le mécontentement, cela les a encouragés à faire grève pour obtenir bien plus.

Jeudi 19 octobre : à la 2ème pause, 70 intérimaires se réunissent et se mettent en grève accompagnés par des militants CGT et des CDI. Total : 85 salariés !

Les revendications sont le paiement du chômage à 100 % depuis le début du contrat et au « mois le mois » ainsi que 11 € brut de l’heure (150 € par mois). Il est également indispensable que les heures de grève soient payées !
Surprise de la direction, le Montage est à l’arrêt. Les intérimaires grévistes défilent dans l’atelier et décident de remettre ça le lendemain. Pourtant, elle avait appelé des « remplaçants » d’une autre équipe et certains hiérarchiques avaient diffusé des messages erronés sur l’exercice du droit de grève.

Effet boule de neige

Vendredi 20 octobre : 50 intérimaires de l’équipe du matin décident de se remettre en grève dès la 2ème pause jusqu’au bout de l’équipe et d’accueillir aux portillons leurs camarades de travail de l’équipe du soir pour les encourager à faire grève eux aussi. En équipe d’après-midi, à la 2ème pause, quelques intérimaires décident de se mettre en grève spontanée et s’adressent à d’autres intérimaires. Ils se retrouvent à 30 accompagnés de militants CGT et de quelques CDI.

A Sochaux, vendredi 13 octobre, six ouvrières intérimaires en VSD ont fait grève parce qu’elles n’ont perçu qu’environ 1367 euros nets au lieu des 1850 euros nets annoncés par PSA et les agences d’intérim. Du coup elles réclament une augmentation de 200 euros nets par mois ! Débrayage également le vendredi 20 toujours sur des problèmes de salaire. Une conférence de presse est organisée ce mercredi 25 octobre.

Intérimaires, CDI : même petit salaire et mêmes conditions de travail difficiles !

A La Janais, plus qu’ailleurs nous savons ce qu’est un salaire insuffisant ! Plus de 100 jours chômés entièrement ces 4 dernières années, chômage à l’heure et au quart d’heure ces dernières semaines, gel des salaires, absence de majoration de certaines heures supp’… voilà de nombreux éléments qui ont permis à la direction de faire de belles économies sur notre dos !
Les Conditions De Travail se dégradent chaque jour qui passe, ventes et externalisations de services, grosse réduction du nombre de postes dans le cadre du « want to be »… Bref, l’avenir proposé par la direction ne permet à personne de travailler sereinement.

Les intérimaires ont relevé la tête et nous savons toutes et tous, que les CDI ont également besoin d’amélioration du salaire et des Conditions De Travail. Malgré une manœuvre « bizarre » qui a tenté d’happer discrètement 2 ou 3 intérimaires pour neutraliser ce combat, les intérimaires et la CGT sont restés solidaires les uns des autres ! Nous devons développer la solidarité, l’élargir.

Intérimaires et CDI, à Rennes, Poissy ou Sochaux comme dans toutes les usines du groupe, nous trimons tous pour gagner notre vie mais au final on ne reçoit que des miettes ! Nous fabriquons les milliards de profits de PSA, nous devons récupérer ce qu’on mérite ! Intérimaires et CDI, nous avons les mêmes intérêts. En nous mobilisant, nous avons la force de gagner des avancées significatives sur le salaire et les conditions de travail !




Mots-clés

Grève   /    PSA   /    Automobile   /    Notre classe