^

Notre classe

Rentrée et lutte des classes

Grèves dans les lycées. Un lundi sous tension dans le 93

Quoi de mieux, quand on baisse dans les sondages, qu’une bonne opération de com’, lors de la rentrée des classes, avec images à l’appui, d’un président et ses ministres entourés d’élèves et de gentils profs ? C’est ce que le gouvernement s’apprête à faire, lundi, en ce jour de rentrée scolaire, dans plusieurs établissements de l’Hexagone. Dans le 93, c’est sans compter sur le fait que les enseignant-e-s sont remontés, et bien déterminés à donner de la voix. Eclairage sur ces premiers débrayages et actions.

Dans un certain nombre d’établissements, la pré-rentrée, vendredi, a servi pour prendre la mesure du manque criant de moyens et de personnels, et ce alors que le gouvernement a profité de son été pour matraquer l’éducation. Alors bien entendu, il y a la Loi Travail XXL, qui vise le secteur privé, mais le public n’est pas en reste : gel du point d’indice, restauration de la journée de carence, mise en place du PPCR qui implique, à l’échelle des services, l’inversion de la hiérarchie des normes, avec des chefs d’établissements qui seront, de plus en plus, des chefs d’entreprise dans les collèges et les lycées.

Des grèves à la chaîne

Si à cela on rajoute des dysfonctionnements en tous genres, on comprend la colère qui gronde dans les établissements. Au Blanc-Mesnil, le Lycée Mozart a voté la grève reconductible dès lundi. C’est le cas également du Lycée expérimental du Bourget. Construit il y a trois ans pour 350 élèves, il en accueille aujourd’hui 750, sans moyens pour la vie scolaire. Le collège Georges Politzer a voté la grève pour mardi, contre le manque de profs de langue. Le jeudi 7, après la rentrée des élèves qui se fait de façon échelonnée, les personnels du Lycée Utrillo de Stains appellent à débrayer contre la suppression de trois postes. La situation est encore plus grave sur le Lycée Jean Zay d’Aulnay-sous-Bois, où la grève a été votée pour mercredi. Ailleurs, les heures de pré-rentrée, vendredi, ont donné lieu à de multiples discussions sur les actions à mener, dès cette semaine : et c’est dès lundi qu’elles commencent.

Contre la venue de Pécresse et Braouezec

Dans ce cadre, inutile de dire que certaines « tournées médiatiques » passent très mal auprès des personnels. Au collège Barbara, de Stains, la ministre de la Culture se rend sur place pour la rentrée des 6ème malgré la lettre ouverte contre sa venue votée en AG vendredi. Mais c’est le nouveau lycée de Plaine Commune, à la Plaine-Saint-Denis, qui cristallise toute l’attention en début de matinée. Dès 8h45, les personnels et les parents d’élèves, épaulés par les équipes syndicales et d’enseignants mobilisés d’autres établissements y seront en nombre pour chahuter l’inauguration très médiatique à laquelle veulent se livrer Valérie Pécresse, présidente LR de région, et Patrick Braouezec, ancien député PCF de la circonscription et soutien de Macron aux présidentielles.

Au Lycée Suger, tou-te-s ensemble aux côtés de Pascal !

Ce ne sera que la première étape puisque dès 14h, c’est un autre rendez-vous qui rythmera ce lundi. Devant le Lycée Suger, à Saint-Denis, un rassemblement massif est prévu en soutien à Pascal Stoller, aux côtés des parents, élèves, anciens élèves et habitants de la Citée des Francs-Moisins. Celui qui est l’un des piliers de l’établissement, en poste depuis plus de 20 ans sur place, connu dans toutes les équipes pédagogiques de Seine-Saint-Denis pour ses pratiques innovantes et son engagement, a tout simplement été muté d’office par le rectorat qui, en lien avec le ministère, veut faire un exemple et taper sur les résistances.

Jean-Michel Blanquer, le ministre qui accuse les « pratiques pédagogiques fragilisantes » des enseignants ainsi que la logique « égalitariste » qui plomberait le service public d’éducation, a pris sa part à la déclaration de guerre qui a été lancée par Macron et le Medef, jeudi dernier, avec les ordonnances. Et en plus, Blanquer-l’ami-des-patrons exige en plus qu’elle se fasse en fanfare, en mobilisant les classes de musique pour cette rentrée, lundi.

Les enseignants et les personnels entendent bien résister et refusent les mauvaises mises en scène médiatique des ministres et des politiques en cette rentrée. Dans le 93, en solidarité avec Pascal, ils le feront entendre à 15h, sous les fenêtres du ministère, où doit se conclure cette journée chargée de mobilisation et où se sont donnés rendez-vous tous les personnels mobilisés en ce début d’année, à commencer par les enseignants et personnels de Suger, ainsi que leurs soutiens.

Voilà un bon début pour affirmer que nous ne nous laisserons pas faire et que les établissements doivent être pourvus de moyens à la hauteur de ce que réclament les personnels. Et c’est un bon tour de chauffe, également, tant pour cette semaine de rentrée que pour préparer, dans l’unité et la mobilisation, un 12 septembre qui devra être à la hauteur des attaques que nous subissons, dans le privé comme dans le public et au niveau de la jeunesse.

[Crédit photo : Le Journal de Saint-Denis]




Mots-clés

Jean-Michel Blanquer   /    Seine-Saint-Denis   /    93   /    Grève   /    Lycées   /    Education   /    Notre classe