^

Politique

Guerre interne chez les socialistes

Hamon2017. Un programme pour reconstruire… le PS !

Ce jeudi, Benoît Hamon a présenté son programme électoral. Un document insuffisamment chiffré, mais qui fait la part belle aux " valeurs de la gauche" que souhaite incarner Benoît Hamon. En somme, une bataille idéologique en interne. Julian Vadis

Hamon dans la lignée de son programme aux primaires... et avec des propositions de Montebourg


Apparemment, Benoit Hamon a décidé de riposter après le « non parrainage », synonyme de prise de distance immédiate, de Manuel Valls. C’est ainsi que peut être analysé le programme présenté ce jeudi par le candidat socialiste. Un bilan critique du quinquennat, un programme qui correspond à l’aile gauche de l’appareil, le tout édulcoré de propositions d’Arnaud Montebourg : le made in France, la nationalisation temporaire des entreprises et la taxe sur les sur-profits des banques. Tout, sauf des axes connexes donc.

Benoît Hamon a aussi réaffirmé son ambition de se tourner vers la technologie et l’écologie. « Je lancerai un plan de 100milliards d’euros sur cinq ans pour la rénovation urbaine et thermique et pour le bien-vivre en ville et dans la ruralité » ainsi qu’un financement public pour « la création de 500000 emplois dans l’économie sociale et solidaire », explique-t-il. Le contenu de sa « loi travail remoulinée » viserait à poursuivre la« réduction collective du temps de travail sur la base du volontariat et par la négociation, renforcera le compte pénibilité et le compte personnel d’activité, confortera le droit à la déconnexion [déjà présent dans la loi travail], rétablira le principe de faveur [modifié par l’ex-article2 de la loi sur l’inversion de la hiérarchie des normes en matière de temps de travail] ». Et bien entendu, la question du revenu universel nouvelle version est présente. Le tout financé en partie par la lutte contre la fraude fiscale. Un programme très à gauche donc, si on le compare à la politique menée pendant 5 ans par le gouvernement socialiste.

Bataille idéologique. Hamon tente de se positionner au centre de la reconstruction du PS


Benoît Hamon le sait, ses chances de victoires à la présidentielle de 2017 sont très incertaines. Mais ce n’est pas tout : comment gouverner avec un appareil en ruine ou les principaux pontes placent leurs pions pour en être les rebâtisseurs ? C’est ainsi que l’insuffisance de chiffrage du programme de Benoît Hamon se comprend. En effet, il s’agit avant tout d’orienter le débat sur les « valeurs de la gauche », sur un terrain plus idéologique. Un tel programme vise avant tout à faire apparaître clairement les lignes de fraction à l’intérieur du parti. Nul doute que de nombreux socialistes en balance entre candidature PS ou candidature En Marche ont aujourd’hui peu de marge de manœuvre pour conserver une telle position.

Si Manuel Valls a affiché clairement sa stratégie pour se poser en reconstructeur, en attendant la chute de Hamon, ce dernier semble donc se lancer dans cette guerre interne. Même « très à gauche » pour le PS actuel, la politique proposée par Hamon reste toutefois en tout point compatible avec les intérêts des classes dominantes, bien plus qu’avec ceux des travailleurs et des classes populaires. Dans le même temps, ce cap laisse une brèche sur la gauche, et Arnaud Montebourg lui-même a demandé à Jean-Luc Mélenchon de se retirer au profit du candidat PS. Une façon de mettre la pression sur Mélenchon, tout en ouvrant le risque d’un désaccord qui renforcerait l’image d’un candidat incapable de rassembler pour Hamon, mais pourrait aussi offrir une porte de sortie aux éléments les plus à gauche de l’appareil socialiste.




Mots-clés

Benoit Hamon   /    loi travail   /    Présidentielles 2017   /    PS   /    Politique