^

Politique

Annonces d’Edouard Philippe

Hausse de la CSG et taxe d’habitation : les retraités vont trinquer

Edouard Philippe a confirmé lors de son « discours de politique générale » prononcé devant l’assemblée nationale mardi, la suppression des cotisations salariales sur l’assurance maladie et l’assurance chômage dès le 1er Janvier 2018. Cette mesure sera compensée par une hausse de la CSG de 1,7 point, qui touchera non seulement les salariés mais aussi, et en premier lieu, 60% des retraités, qui verront baisser leurs pensions dès le début de l’année prochaine.

Édouard Philippe confirme la hausse de la CSG

La suppression des cotisations salariales, promesse de campagne d’Emmanuel Macron, sera appliquée dès 2018. Alors que le gouvernement tente de faire passer cette mort annoncée du système de sécurité sociale, pour une mesure populaire de hausse des salaires, on en est bien loin. En effet cette suppression sera financée par une augmentation de la Contribution Sociale Généralisée (CSG), impôt directement prélevé sur le salaire, de 1,7 points, soit passant pour les salariés de 7,5 à 9,2%. En tout ce transfert représentera 250 euros annuels de plus pour un salarié, soit 21 euros par mois. Une somme dérisoire, qui sera de plus compensée par la hausse de l’impôt sur le revenu.

Macron n’a pas manqué en effet de reporter à un an le prélèvement de l’impôt à la source Mais surtout, la CSG, contrairement aux cotisations, n’est pas prélevée seulement sur les « actifs » mais aussi sur les demandeurs d’emplois, les détenteurs de patrimoine (à hauteur de 8,2% de leurs revenus), les retraités (6,6% de leur pension). Ces derniers, qui ne « profiteront » pas de la suppression des cotisations, verront donc leur pension entamée, sans compensation aucune. Cette réforme touchera tous les retraités qui perçoivent plus de 14375 euros par an, soit 1198 euros brut par mois. Ce qui représente en réalité 60% d’entre eux. Pour 1500 euros brut par mois, cela totalisera 25 euros de moins mensuellement.

Et reporte la suppression de la taxe d’habitation

Pour compenser cette perte de revenu, Macron avait annoncé une suppression partielle de la taxe d’habitation, mesure qu’il disait « la plus essentielle et la plus juste pour le pouvoir d’achat » Une de ses promesses de campagne phares était que 80% des ménages ne la paieraient plus l’an prochain. Cette réforme fiscale ne verra pourtant certainement pas le jour de sitôt. Lors de son discours de politique générale Édouard Philippe a annoncé son report sans donner de calendrier plus clair que « d’ici à la fin du quinquennat » ! Les retraités, déjà écrasé par cet impôt, qui pèse particulièrement sur les ménages les plus pauvres, seront donc en plus pénalisés par la hausse de la CSG.

Pour les retraités ce n’est que le début, en effet une des réformes de taille annoncée pour le quinquennat est une refonte totale du système de retraites, pour passer à un régime par points. Appliqué en Suède ce système a abouti à une baisse des pensions.

Crédit photo : Martin BUREAU / AFP




Mots-clés

Édouard Philippe   /    Emmanuel Macron   /    Politique