^

Monde

Colonisation

Hébron. Les USA affichent leur soutien à la politique coloniale israélienne en quittant l’Unesco

C’était dans l’air depuis Juillet dernier, c’est désormais officiel. Opposés à l’inscription de la vieille ville d’Hébron (Cisjordanie) au patrimoine mondial, les Etats-Unis ont annoncé ce 12 octobre leur mise en retrait de l’Unesco.

Crédits photo : HAZEM BADER/AFP/Getty Images

L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) vient de perdre deux membres. En effet, les Etats-Unis ont annoncés, ce jeudi 12 octobre, leur retrait de l’Unesco. « Cette décision n’a pas été prise à la légère , et reflète les inquiétudes des États-Unis concernant l’accumulation des arriérés à l’Unesco, la nécessité d’une réforme en profondeur de l’organisation, et ses partis pris anti-israéliens persistants » explique-t-on du côté de Washington. Depuis juillet dernier, la menace d’un retrait était brandi suite à l’inscription de la vieille ville d’Hébron en Cisjordanie au patrimoine mondial de l’Unesco. Du côté des autorités israéliennes, la nouvelle a bien entendu été accueillie avec enthousiasme, Tel Aviv affirmant même l’ouverture d’une « nouvelle ère aux Nations unies : celle où quand on pratique la discrimination contre Israël, il faut en payer le prix ». Emboîtant le pas de son allié américain, Israël à également annoncé son retrait de l’organisation.

Ce retrait n’est pas le premier conflit opposant l’Unesco aux États-Unis. En 2011, la puissance nord-américaine avait coupé ses financements envers l’organisation suite à l’acceptation de la Palestine comme pays-membre. Irina Bokova, présidente de l’Unesco, a exprimé son regret suite à la décision de retrait des Etats-Unis, qui conservera toutefois un rôle d’observateur.

L’annonce du retrait de la puissance américaine de l’Unesco est bien entendu un appui direct à la politique de colonisation de la Palestine par l’État d’Israël. Malgré toutes les limites de l’organisation, il est clair que l’inscription au patrimoine mondial de la vieille ville d’Hébron est non seulement une reconnaissance à l’échelle du globe, mais complique de fait les potentielles opérations militaires à venir d’Israël dans la région. Sur un plan géopolitique, il s’agit donc d’un appui de plus, portant les germes d’exacerbations sur le terrain de la guerre et du pilonnage de la Palestine de la part de l’État d’Israël.




Mots-clés

Israël   /    Palestine   /    Etats-Unis   /    Monde