^

Monde

Crime de guerre

Human Right Watch dénonce les crimes de guerre de Riyad et de la coalition

Depuis trois ans, le Yémen est en proie à une terrible guerre civile entre les houtistes et le président, qui a déjà fait plus de 10 000 victimes, sans compter celles dues au choléra. Dans cette guerre, les forces du président peuvent compter sur l'appui de l'Arabie Saoudite et ses frappes aériennes, largement subventionnées par les Etats Unis, la Grande-Bretagne et la France. Human Right Watch dénonce les crimes de guerre de Riyad contre les populations yéménites, en particulier les enfants, qui ont sévi tout au long de l'été.

Crédit Photo : D.R.

39 civils dont 26 enfants, c’est le nombre de victimes « collatérales » dont est responsable la coalition militaire emmenée par l’Arabie Saoudite ces deux derniers mois au Yémen. Les frappes aériennes ont touché quatre maisons et une épicerie en faisant de nombreuses victimes et blessés au passage. À aucun moment, assure Human Right Watch, ces frappes ne pouvaient se justifier par des objectifs militaires. C’était donc des attaques « délibérées ou irréfléchies » contre des populations civiles alors que cela est interdit par le droit international.

La liste des attaques visant des civils cet été est longue. Cinq bombardements ont touché des populations civiles sans motifs militaires. La première s’est déroulée le 9 juin à Al-Qoubari à Saana, la capitale. Le bilan s’élève à quatre morts, dont trois enfants et plusieurs blessés. Le 3 juillet, ce sont encore huit civils dont cinq enfants qui périssent sous les bombes. Des attaques touchent encore des civils et font de nombreuses victimes parmi les enfants les 18 juillet et 4 août suivant.

Selon Sarah Leah Whitson, directrice de Human Right Watch au Moyen-Orient, « ces dernières attaques aériennes et leurs horribles conséquences sur les enfants devraient inciter le Conseil des droits de l’homme à dénoncer ces pratiques, à enquêter sur ces crimes de guerre et à s’assurer que ceux qui en sont responsable vont rendre des comptes ». L’ONG souhaite, en effet, l’ouverture d’une enquête internationale indépendante pour dénoncer les crimes de guerres commis chaque jour dans ce conflit.

La coalition internationale dirigée par l’Arabie Saoudite, à laquelle participent les États-Unis et le Royaume-Uni, en soutien au président sunnite Abd Rabbo Mansour Hadi au Yémen s’est déjà illustré par ses frappes aériennes particulièrement meurtrières. Il semble que l’impunité impérialiste n’est pas près de cesser dans ce conflit qui s’éternise depuis trois ans.

Alors que les gouvernements occidentaux, dont la France, utilisent le prétexte de la « lutte contre le terrorisme » pour adopter tout type de mesures et lois antidémocratiques et répressives contre les populations civiles dans leurs pays, ils n’ont aucun scrupule à vendre des armes et équipements militaires à un pays qui commet délibérément des crimes contre l’humanité.




Mots-clés

Yémen   /    crimes contre l’humanité   /    Impérialisme   /    Arabie Saoudite   /    Proche et Moyen-Orient   /    Monde