^

Notre classe

La propagande continue

« Ils sont prêts à bloquer le pays pour défendre leurs privilèges ! » Des publicités anti-cheminots dans de grands médias nationaux

Le Figaro Magasine, Le Point, TV Magasine, Valeurs Actuelles ou encore l'Express relayent une « publicité » anti-cheminots, a découvert Arrêt sur image.

Déjà avant la sortie du rapport Spinetta, on avait vu les médias aux avant-postes, préparant le terrain en publiant moult articles expliquant la nécessité d’une libéralisation du système ferroviaire. Depuis ils continuent par tous les moyens leur propagande réactionnaire contre les cheminots. Après avoir asséné depuis des semaines — des années — dans le moindre article, journal télévisé, la moindre émission, les pires calomnies contre les travailleurs du rail, qui à les entendre seraient les véritables privilégiés de notre société, ils passent à la vitesse supérieure en publiant au détour d’une page des publicités anti-cheminots.

Ainsi en toute innocence on pouvait lire, au hasard d’une page de l’Express ou du Figaro Magasine une page, surtitrée de la mention « publicité », bien loin pourtant des habituelles réclames pour x produit à vendre, ou service à offrir. Sur le site du Figaro, ce petit encart figure même sans la moindre mention « publicité » contrairement à la législation comme l’explique Arrêt sur images. Y sont énumérés les fameux privilèges des cheminots : « ils peuvent partir à la retraite dès 50 ou 55 ans, au lieu de 62 », « le niveau de leurs pensions est 100 % garanti par l’État », « leurs avantages sont payés par les contribuables » . Pour conclure « Ils n’ont à la bouche que le mot « solidarité », mais ils sont prêts à bloquer le pays pour défendre leurs privilèges ! Si, comme nous, vous en avez assez d’être pris en otage, rejoignez Sauvegarde Retraites ».

Alors que la lutte contre la réforme ferroviaire, et contre l’ensemble des attaques de Macron prend de l’ampleur, la presse ne prend plus de pincettes. Après un 22 mars où les cheminots ont été massivement en grève et dans la rue, malgré l’absence d’appel à la grève du principal syndicat cheminot, la CGT, les médias bourgeois redoublent d’efforts pour tenter de retourner l’opinion publique contre les cheminots. Rien ne leur fait plus peur en effet qu’un scénario à la 1995, où les cheminots menant une grève dure, fer de lance d’une mobilisation large, et soutenu massivement par la population, avaient fait reculer le gouvernement Juppé, et sa réforme.




Mots-clés

Rapport Spinetta   /    Cheminot-e-s   /    médias   /    SNCF   /    Notre classe