^

Monde

Justice expéditive

Ingérence russe : Trump sort blanchi de l’enquête par… les Républicains !

Après des mois d'enquête et de rebondissement, l'enquête parlementaire dirigée par les Républicains vient de conclure à l'absence de collusion entre le Kremlin et la campagne de Trump en 2016. Un blanchiment de façade pour le président américain, avec une enquête qui a l’air plutôt d’une farce d’autant plus que … tous les témoins n'ont pas été entendus.

Photo : AFP

Depuis son élection à la tête des Etats-Unis, Trump est soupçonné d’avoir profité de l’ingérence des russes dans la campagne présidentielle de 2016, notamment dans l’affaire des mails d’Hilary Clinton. Ces accusations qui ont conduit au limogeage de James Comey, patron du FBI, et à la démission de Andrew McCabe, numéro deux du bureau d’investigation, sont désormais de plus en plus loin du président Trump. En effet, la commission d’enquête du renseignement de la Chambre des représentants, essentiellement composée de Républicains, est en passe de clore le dossier.

Il n’y aurait eu aucune « collusion » entre Trump et le Kremlin lors de la campagne présidentielle qui l’opposait à Clinton en 2016 même si la commission reconnaît que la Russie a effectivement pris des « mesures actives » pour s’ingérer dans la campagne. Les parlementaires prennent donc une décision qui va à l’encontre de la communauté du renseignement qui soutient au contraire que Moscou a « cherché à aider Donald Trump » contre sa rivale dans l’élection présidentielle.

Trump se voit donc blanchi par les siens. Les collusions entre Rick Gates, membre de la campagne Trump, et George Papadopoulos, conseiller en politique étrangère pendant la campagne Trump, ainsi que leurs aveux devant la commission resteront des « mauvais jugements, des rencontres inappropriées », selon les mots du chef de la commission, Michael Conaway représentant du Texas. Le lien entre les collaborateurs de Trump et leur lien avec la Russie ne semble pas être en passe d’être établi.

Le même chef de la commission a aussi fait savoir qu’il ne souhaitait pas entendre d’autre témoignages dans cette affaire ni examiner d’autres documents. Cette annonce coupe l’herbe sous le pied aux démocrates qui comptait faire auditionner six autres témoins et ce d’autant plus que la décision leur a été communiquée par voie de presse. Les Républicains veulent clore cette affaire au plus vite comme les propos sans ambiguïté de Michael Conaway le laissent entendre : « Nous avons entendu tous ceux que nous devions entendre. Si les démocrates pensent que je vais attendre indéfiniment que quelque chose se passe, ma réponse est non ».

Fait notable, la commission d’enquête du renseignement de la Chambre des représentants n’a pas entendu Michael Flynn et Rick Gates alors que ces derniers ont été inculpés par le procureur Mueller chargé de superviser l’enquête sur le Russigate. Si Trump se réjouit d ’être lavé de tout soupçons par les Républicains, l’enquête ouverte par Mueller reste une épine dans le pied de Trump et une source de danger en vue des élections de mi-mandat qui risquent fort de voir les Républicains subir un revers.




Mots-clés

Donald Trump   /    Présidentielles 2016 aux Etats-Unis   /    Etats-Unis   /    Monde