Politique

« Moi, président »

« Inverser la courbe du chômage » sans créer d’emploi : Hollande joue à l’apprenti sorcier

Publié le 5 janvier 2016

Yano Lesage

« Croissance, croissance, es-tu là ? », les imagine-t-on psalmodier du haut de leurs bureaux d’ivoire. Prophétiser l’hypothétique remontée de la production nationale, commander des brigadiers de la traque et de la radiation des chômeurs, faire des chèques en blanc au patronat en invoquant le million d’emplois qui ne se crée pourtant jamais… Le gouvernement a plus d’un tour dans son sac lorsqu’il s’agit de maquiller les chiffres du chômage et de faire croire à la tant attendue « reprise économique ».

Elle est pourtant sur toutes les lèvres, elle se fait attendre désespérément. Au grand dam du gouvernement qui y a mis sa tête à prix. Alors oui, la courbe du chômage doit s’inverser. Élections présidentielles en 2017 obligent. Mais pour ce qui est de trouver du boulot (et des salaires) aux demandeurs d’emploi, vous repasserez.

La dernière astuce du gouvernement vient de sortir. Dans la suite de ses déclarations du 31 décembre2015, et pour rendre un tant soit peu crédible « l’état d’urgence économique et sociale » invoqué par Hollande, de nouvelles mesures viennent d’être annoncées : 500000 chômeurs seront intégrés dans un plan de formation, tandis que les PME devraient pouvoir bénéficier, au cours de l’année2016, de primes s’appliquant aux embauches d’emplois peu ou pas qualifiés.

Rassurons-nous, aucun emploi n’en sortira réellement. Et pourtant, la courbe du chômage pourrait bel et bien s’inverser. Hollande serait-il donc devenu un as de la baguette magique ? Explications :

· Les primes à l’emploi ne sont incitatives que dans la mesure où le besoin d’embaucher existe. Sans perspectives de reprise économique suffisamment longue pour que les entreprises tournent à plein régime, cette mesure est donc totalement inefficace. En dehors de cette conjoncture-là, elle n’assure que la subvention aux entreprises — grâce aux deniers publics et aux impôts des contribuables — des emplois déjà en cours et qui auraient dû de toute façon être renouvelés. Désormais, les PME pourront donc reprendre leurs salariés en CDD en déboursant moins. Un chèque en blanc aux PME qui râlaient que les exonérations de charges mises en place en 2013 via le CICE ne touchent que les grandes entreprises… La politique pro patronale de Hollande-Valls, oui, mais sans création nette d’emploi.

· Les formations délivrées aux 500000 chômeurs de longue durée vont permettre d’effacer 500000 chômeurs des statistiques officielles du chômage. Statistiquement parlant, les chiffres du chômage ne prennent en compte que les chômeurs de catégorie A, soit les chômeurs disposés à travailler immédiatement, recherchant activement un emploi et n’ayant pas travaillé ne serait-ce qu’une heure au cours du mois de référence. De cette catégorie étroite sont exclus les chômeurs ayant travaillé ne serait-ce qu’une heure dans le mois précédent, les chômeurs découragés sortis du protocole de suivi, et les chômeurs en reconversion, en apprentissage, ou en formation. Manipuler ces catégories statistiques, c’est pouvoir jouer avec les chiffres du chômage.

De la sorcellerie politique. L’art de manipuler la réalité pour la rendre conforme à ses propres désirs sans toutefois rien n’y changer. Les médias en raffoleront. Les chômeurs, eux, attendront.

partager

Mots-clés