Monde

Un autre désastre humanitaire se prépare ?

Irak. L’offensive sur Mossoul commence, mais personne ne peut dire quand ni comment elle finira

Publié le 17 octobre 2016

C’est dans la presse de toute la planète. Les gros titres. Après des mois de préparatifs et des déclarations, le gouvernement irakien a finalement décidé de décréter le début de l’offensive pour reprendre Mossoul des mains de Daesh, ce lundi très tôt. Il semble y avoir un nouvel élan d’euphorie guerrière. Toujours pour la « bonne cause », bien évidemment. On oublierait presque le million de personnes qui habitent Mossoul. On oublierait presque qu’on est en face de l’une de ces opérations militaires dont on sait quand elles commencent mais pas quand elles finissent. Doit-on se préparer à une nouvelle vague massive de réfugiés ?

Philippe Alcoy

Il s’agit de l’offensive militaire contre Daesh la plus importante de 2016 et peut-être l’une des plus importantes du conflit au Moyen-Orient. On estime entre 40 000 et 45 000 effectifs impliqués dans l’opération de reconquête de Mossoul : 30 000 des forces armées irakiennes, et entre 10 000 et 15 000 des forces kurdes et autres milices. Les forces militaires de Daesh dans la ville sont très difficiles à évaluer, certains parlant d’entre 4 000 et 7 000 combattants.

Cependant, les difficultés de l’opération sont aussi politiques. Mossoul est une ville d’environ un million de personnes. Elle est habitée par une large majorité de Sunnites. Quand Daesh a pris le contrôle de la ville en juin 2014, prenant presque tout le monde par surprise, beaucoup de ses habitants ont bien accueilli la nouvelle. Ils voyaient Daesh, une organisation sunnite, comme un possible rempart contre la corruption des élites chiites mises au pouvoir par l’intervention nord-américaine. C’est en grande partie le déplacement total de la population sunnite des structures de pouvoir qui a préparé le terrain pour la progression d’organisation islamistes radicales sunnites.

Des informations semblent cependant indiquer que le soutien à Daesh serait en train de reculer fortement parmi la population locale. Cela est alimenté par les différents revers militaires de ces derniers mois, mais aussi par les difficultés économiques qui en découlent. La perte de contrôle de certains puits de pétrole et de routes d’approvisionnement coupe les territoires sous la domination de Daesh d’importantes sources de financement. Ces difficultés économiques ont même poussé les autorités de Daesh à couper les salaires des combattants (100 dollars par mois, contre 400 en 2014). Mais cette perte soutien de Daesh à Mossoul et dans d’autres territoires doit être analysée aussi par rapport à son régime réactionnaire et les méthodes brutales de gouvernement.

La complexité et la dangerosité de l’opération font également craindre un désastre humanitaire. Selon Lise Grande, coordinatrice des Nations Unies en Irak, « l’ONU craint profondément que, dans le pire des scénarios, l’opération à Mossoul pourrait être l’une des plus grandes et complexes de 2016, et craint qu’au moins un million de civils soient forcés de quitter leur maison ».

Du côté des forces coalisées se trouvent également d’importantes contradictions. Différentes fractions et organisations politiques sont en concurrence les unes avec les autres, et la reconquête de Mossoul, dans un combat rue par rue, maison par maison, ne semble pas la tâche la plus simple pour une force aussi divisée. Les risques de pertes sont très importants et dans ce contexte personne ne veut être en première ligne et payer le coût de la libération de Mossoul, pour ensuite se trouver affaibli face aux fractions concurrentes. Il s’agit d’éviter de « gagner la guerre et de perdre au moment du partage du gâteau ».

Comme dit George Friedman dans un article récent sur une possible offensive sur Mossoul : « quand les États-Unis ont envahi l’Irak, un de leurs avantages était la division entre Sunnites, Chiites et d’autres tribus qui ont rendu impossible une défense effective. Aujourd’hui, les États-Unis payent le prix de la division au moment où ceux-ci essayent de créer une coalition prête à subir des pertes à Mossoul. Tout le monde veut expulser Daesh de Mossoul. Personne n’est prêt à en payer le prix ».

Enfin, même si cette offensive se prépare depuis plusieurs mois, on ne peut pas exclure la possibilité que la décision de passer à l’action soit liée non seulement à l’hypothèse que Daesh est en train de s’affaiblir, mais également aux frictions de plus en plus fortes entre les États-Unis et la Russie. En effet, les États-Unis ont besoin d’améliorer leur rapport de forces dans la région face à la Russie, notamment avec des succès militaires sur le terrain. Le Pentagone pourrait estimer qu’une victoire à Mossoul le mettrait dans une meilleure position face à une Russie qui avance en Syrie.

Mais comme ces années de guerre dans la région l’ont déjà démontré, rien ne garantit une victoire de la coalition dirigée par les États-Unis contre Daesh, même si cette organisation semble affaiblie et à la défensive. Une défaite ou même un embourbement pour la coalition pourrait au contraire représenter un coup très dur pour les États-Unis et ses alliés dans la région.