^

Monde

Etat colonial

Israël : Pizza Hut fait une pub qui s’amuse de la grève de la faim de prisonniers palestiniens

La publicité sur Facebook a été rapidement retirée par Pizza Hut mais elle a eu le temps de faire le tour du monde. Un photomontage dégueulasse dans lequel on voit le prisonnier politique palestinien Marouane Barghouti, l’un des leaders du mouvement de grève de la faim qui a actuellement lieu dans les prisons israéliennes, dans sa cellule, avec un faux carton de pizza sous son lit avec pour slogan : « Barghouti, si tu veux rompre ta grève, ne serait-ce pas mieux avec de la pizza ? » .

Capture d’écran Twitter @yasserashour95

Ce montage est issu d’une vidéo diffusée quelques jours plus tôt par l’administration pénitentiaire israélienne, qui disait prouver que le prisonnier se nourrissait en cachette. Le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, expliquait qu’il ne savait pas si la diffusion de cet enregistrement serait un « élément déterminant » qui mettra fin à la grève, qu’ « il est trop tôt pour le déterminer. On ne sait pas encore si la plupart des prisonniers sont au courant. Ils sont coupés du monde, mais je suppose que dans les prochains jours, il est possible que nous voyons l’impact de cette diffusion ». C’est bel et bien une manœuvre de la part des Israéliens pour discréditer le leader de la seconde intifada. Il « espère que les prisonniers comprendront qu’ils sont exploités par quelqu’un qui se présente comme un leader de la grève mais qui ne l’observe pas ». Selon lui, « Barghouti est un meurtrier et un hypocrite, qui a exhorté ses codétenus à faire la grève et à souffrir tout en mangeant derrière leur dos ».

Marouane Barghouti a volontairement cessé de s’alimenter le 17 avril afin de protester contre les conditions de détention dans les prisons israéliennes. Son mouvement de grève de la faim a été suivi par près de 1 500 autres détenus palestiniens et continue à ce jour. Selon les dires même du service pénitentiaire israélien, ils auraient déposé de la nourriture dans les cellules des grévistes de la faim pour les encourager à mettre un terme à ce mouvement. Ce qui est purement et simplement de la torture psychologique contre les détenus. À cela vient s’ajouter le fait que, le 20 avril, des militants israéliens sont venus faire un barbecue devant les fenêtres de la prison. Au lieu de disperser les militants, certains soldats les ont rejoints pour manger avec eux. Mais lorsque des militants palestiniens sont venus manifester leur soutien aux détenus en grève de la faim devant la prison d’Ofer, tout près du groupe d’Israéliens, les soldats ont rapidement dispersé les Palestiniens à coups de grenades lacrymogènes et assourdissantes ainsi qu’en tirant des balles en caoutchouc.

Cette vidéo censée montrer Barghouti manger est soit un fake (on ne voit jamais son visage, mise en scène bizarre), soit une vidéo datant de plusieurs années ressortie comme l’on dit certains soutiens du militant palestinien ou bien un montage. Qadura Fares, qui dirige le groupe de défense du Club des prisonniers palestiniens, a expliqué que Barghouti, étant placé en isolement, n’avait pas accès à de la nourriture.

«  C’est un montage. C’est une guerre psychologique qu’Israël mène, comme nous l’attendions, contre la grève. ». Il a ajouté que « les prisonniers ne tiendront pas compte de cette histoire livrée par les Israéliens, et poursuivront leur grève. ».

L’État israélien veut briser la résistance palestinienne au sein même de son enfer carcérale. «  On compte, au mois d’avril 2017, 6 300 prisonniers palestiniens dont 61 femmes, 13 membres du Conseil législatif palestinien, 300 enfants (moins de 18 ans). Entre 2015 et 2016, le nombre d’enfants détenus a triplé. 458 prisonniers purgent des sentences de prison à vie et 459 des sentences de plus de 20 ans de prison. Selon le Club des prisonniers palestiniens, 1 700 prisonniers malades sont incarcérés dans les prisons israéliennes ; 25 d’entre eux seraient dans un état critique et ne recevraient pas les traitements appropriés. Depuis 1967, 850 000 ont été emprisonnés par les autorités israéliennes. Presque toutes les familles palestiniennes ont des membres qui ont subi des peines d’emprisonnement. ».

À travers sa pub, Pizza Hut ne fait qu’apporter son soutien à la politique israélienne meurtrière vis-à-vis du peuple palestinien. Ils donnent du grain à moudre pour faire grandir les idées réactionnaires au sein de la société israélienne afin de faire le buzz et de faire du profit sur la grève de la faim des militants palestiniens incarcérés. Depuis la publication de la publicité sur les réseaux sociaux, un appel mondial au boycott de Pizza Hut a été lancé avec le #Boycott_PizzaHut. L’objectif d’Israël, avec la diffusion de la vidéo truquée, était clairement de casser le moral des militants palestiniens. En la relayant, Pizza Hut se fait complice de la propagande sioniste. Le fils de Barghouti a déclaré « Nous voulons que ce hashtag fasse le buzz. Nous sommes vraiment déçus qu’une chaîne mondiale réalise ce genre d’acte dégoûtant et nous allons poursuivre [cette action] jusqu’à ce qu’au minimum, ils s’excusent officiellement. BDS va nous aider à faire passer le message  ». Depuis, Pizza Hut a déclaré que « le franchisé dans le pays en question a retiré  » le post et que «  si quelqu’un a été blessé, nous le regrettons sincèrement ». Pour autant cela n’excuse en rien cette publication et la responsabilité de la multinationale dans la politique colonisatrice de l’État israélien.


crédits photo : AFP




Mots-clés

Israël   /    Palestine   /    Répression   /    Monde