^

Monde

Le patronat et la police veulent frapper un grand coup

Italie. Arrestation d’Aldo Milani, syndicaliste combatif du SI Cobas

Le SI Cobas est l’un des syndicats de base qui anime les luttes les plus dures et les plus radicales au niveau su secteur logistique et transports de colis dans la péninsule. Objet de multiples pressions de la part des pouvoirs publics et du patronat du secteur, un pas supplémentaire a été franchi avec l’arrestation, jeudi soir, d’Aldo Milani, l’un des principaux responsables du syndicat. Nous reproduisons ci-dessous le communiqué publié par le SI Cobas, dans la soirée, appelant à des débrayages dès vendredi matin sur l’ensemble des sites et dépôts où le syndicat intervient.

Jeudi 26 janvier, en toute fin d’après-midi, notre coordinateur national, Aldo Milani, a été arrêté par la police et incarcéré à la prison de Modène. Son avocat n’a pas encore pu prendre contact avec lui.

Il est évident qu’il s’agit d’un cap supplémentaire franchi au niveau de la répression. L’Etat patronal n’a pas été capable d’arrêter une lutte avec les licenciements, les menaces, les plaintes par centaines, les interdictions de séjour, les coups de matraques, les lacrymos. Cette lutte a fait toute la lumière sur les conditions d’exploitation dans le secteur de la logistique ainsi que la collusion existant entre les patrons, les institutions, le système des coopératives. Aujourd’hui, l’Etat essaye d’arrêter celui qui a osé perturber tout cela.

Après les lois liberticides, après la réduction de salaire, tout ce que les travailleurs ont pu conquérir jusqu’à présent avec leurs larmes et leur sang est dans le viseur de la répression immédiate qui tente de frapper tous ceux qui osent se rebeller et, plus particulièrement, tous ceux qui osent mettre en pratique une action politique qui va dans la sens de la libération de l’esclavage salarié. La répression veut détourner l’attention des situations d’exploitation que subit le monde du travail en général et le secteur de la logistique en particulier : c’est contre cette barbarie que s’est élevé un mouvement de lutte sans égal ces dernières années, tant par la radicalité des formes de lutte que par les résultats auxquels nous sommes arrivés.

Le message est clair : avec l’arrestation d’Aldo Milani, on veut mettre le droit de grève hors-la-loi !

Si l’ennemi de classe imagine qu’il pourra se débarrasser du SI Cobas en décapitant sa direction, il se trompe !

A cette attaque politique frontale nous allons immédiatement répondre par la seule arme que les travailleurs ont à disposition : l’auto-organisation et la lutte !

Nous proclamons d’ores et déjà l’état de mobilisation sur l’ensemble des sites et des lieux de travail et nous appelons les réseaux de sympathisants et les réseaux solidaires à se mobiliser dans le cadre d’initiatives qui seront prises par le SI Cobas contre la répression et pour la libération immédiate d’Aldo.

Milan 26/01/2017 – SI Cobas Nazionale

Trad. CT




Mots-clés

Italie   /    Syndicat   /    Répression   /    Monde