^

Politique

Les dominants montrent les dents

"Je vais vous foutre un procès". Quand Fillon entend faire fermer sa gueule à l’ouvrier

Englué dans les affaires, François Fillon n'a pas apprécié de voir Philippe Poutou le confronter aux scandales d’emplois fictifs, lors du Grand Débat ce mardi soir.

@ Capture d’écran CNews

Menace de poursuite judiciaire. Fillon désarmé face à l’attaque de Philippe Poutou

"Je vais vous foutre un procès à vous". La phrase lâchée par François Fillon à Philippe Poutou lors du Grand Débat de la présidentielle n’est pas passée inaperçue. Il faut dire que le candidat ouvrier ne l’a pas raté, jetant à la face de Fillon ce que des millions de travailleurs auraient eu envie de lui dire. Mais cette menace est lourde de sens. Sur le moment, elle visait surtout à perturber Philippe Poutou dans son intervention, l’empêcher à tout prix de finir cette tirade démasquant au grand jour l’étendue des affaires de corruption ouvertes avec le Pénélope Gate... et qui ne se limitent pas au candidat des Républicains.

Mais ce qui se cache derrière cette menace, c’est que poussé dans ses retranchements, François Fillon a affiché le réel visage des candidats des classes dominantes. Totalement désarmé, le voila à se retrancher derrière une justice qu’il a fustigée ces derniers mois, hurlant à tout vent être victime d’un complot, mais dont il sait qu’en dernière instance, elle défendra ses intérêts. Le contraste est trop grand entre un candidat versant des larmes de crocodiles la veille, expliquant ne pas pouvoir mettre de côté avec plus de 23 000 euros de salaire par mois, et le candidat ouvrier, Philippe Poutou, qui touche cette même somme... sur l’année.

Mépris de classe

Sans doute que les conseillers de François Fillon ne voudront pas rajouter de l’huile sur le feu, et ne voudront pas se lancer directement dans un procès politique à l’encontre du candidat ouvrier. Mais cette phrase lâchée par le candidat Les Républicains, et son regard furieux, en disent long sur son mépris à l’encontre des travailleurs, surtout quand ces derniers remettent les pendules à l’heure.
Pour Fillon, un ouvrier, c’est là pour trimer et fermer sa gueule. Comme nous avons pu le voir lors de la quête des parrainages, ou bien encore dans les deux émissions d’On n’est pas couché, les classes dominantes sont prêtes à tous les coups pour faire taire les candidats issus du monde du travail, portant des revendications issues des mouvements sociaux comme la loi travail. Un mépris de classe affiché donc, qui à lui seul démontre l’importance de la présence des candidats anticapitalistes et révolutionnaires à cette échéance présidentielle.




Mots-clés

#PénélopeGate   /    #Poutou2017   /    Fillon   /    Philippe Poutou   /    Présidentielles 2017   /    Politique