^

Politique

Passe-droit pour les uns, sélection pour les autres

Jean-Yves Le Drian fait jouer la diplomatie pour inscrire deux de ses petits-enfants au lycée français de Barcelone

Alors que le gouvernement fait passer en force une loi instaurant notamment la sélection à l’université au nom d’une prétendue méritocratie républicaine, Mediapart révèle que l’un de ses représentants, Jean-Yves le Drian, aurait obtenu grâce au pouvoir diplomatique de son cabinet l’inscription de deux de ses petits-enfants au lycée français de Barcelone, prestigieux établissement qui refuse des centaines de dossiers.

Le népotisme, une pratique loin d’être éradiquée et inscrite en profondeur dans le fonctionnement de l’appareil d’Etat

Chassez le naturel, il revient au galop. Alors que le gouvernement Philippe s’était donné pour objectif de moraliser la vie publique en réaction aux affaires Fillon, force est de reconnaitre l’existence de certaines failles dans l’opération cosmétique. C’est en effet tout son cabinet qui s’est mis sur le dossier et lancé à la rescousse des deux rejetons en carafe à la porte du Lycée français de Barcelone. Il est évident que l’opération n’est pas un coup personnel effectué à la marge, le ministre étant allé jusqu’à promettre au chef de l’établissement « une oreille attentive en haut lieu » ainsi qu’une visite l’an prochain. Il s’agit à n’en pas douter de pratiques institutionnalisées dont cette affaire n’est que la partie émergée et qui pose de sérieuses questions.

L’hypocrisie de la « méritocratie républicaine » des classes dominantes

Cette affaire passe d’autant plus mal que le gouvernement vient de ratifier le « plan étudiants », réforme très contestée visant à introduire la sélection à l’entrée de l’université notamment. Qu’en est-il en effet de cette fameuse sélection au mérite quand on constate les pratiques que s’autorisent sans sourciller ceux là même qui la prônent ? En instaurant un bac à la carte, le plan étudiant va en réalité faire reposer tous les critères de sélection sur le prestige de l’établissement d’origine du futur étudiant et partant, accentuer les inégalités sociales devant l’accès à l’enseignement supérieur. Or ces pratiques de favoritisme et de népotisme sont une composante essentielle des mécanismes de reproduction des élites dirigeantes et économiques dans le cadre d’une école publique relativement ouverte à tous. En effet, au sein du service public d’éducation, via les établissements « d’excellence » ou à la marge via les écoles privées, les classes dominantes se ménagent des canaux privilégiés pour leurs enfants afin de leur assurer les places de choix…

crédits Photo : Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, le 18 août 2017 à Barcelone ( Pascal GUYOT / AFP




Mots-clés

François Fillon   /    corruption   /    Politique