^

Politique

Crise chez les Républicains

Jeudi noir pour Wauquiez

L’image de Laurent Wauquiez, président de Les Républicains ne cesse de se dégrader, pendant la journée du 25 janvier, l’homme politique n’a fait que cumuler des revers. Attaqué par ses anciens adversaires à la présidence des LR, un sondage catastrophique, un bide télévisuel... on peine à voir une sortie de crise dans le parti.

Une mauvaise journée pour cet homme politique issue d’une famille de riches industriels, élevé avec une cuillère d’argent dans la bouche et qui a reçu une éducation dans les établissements les plus élitistes du pays. Accusé de « stalinien » et d’envoyer des « signaux d’exclusion » par ces anciens adversaires à la présidence des Républicains, Florence Portelli et Maël de Calan ont déballé une série des reproches lors d’une conférence de presse conjointe, notamment à cause du refus de Wauquiez d’accepter une représentation proportionnelle dans la direction du parti suite aux résultats de l’élection de décembre.

Plus tard dans l’après midi, un sondage réalisé par l’entreprise Odoxa pour le Figaro et France info, a relevé que pour 57 % des français, Laurent Wauquiez serait incompétent, pour 61 % , pas sympas et en fin pour un 64 % des français, le président du conseil général d’Auvergne Rhône Alpes serait malhonnête. En revanche son image à l’intérieur des bases républicaines s’améliore nettement, ceux la se montrent particulièrement bienveillants en vers leur chef de files. Chez les sympathisants LR, 71 % des militants le trouvent honnête et 73 % le juge compétent. Ayant été élu avec 75 % des voix comme le nouveau président du parti LR, ces résultats ne sont pas anodins. Ce n’est pas le même avis dans les hautes sphères de LR qui voient d’un mauvais œil le tournant droitier du parti.

En fin de soirée, Wauquiez était attendu dans l’émission présenté par Léa Salamé sur France 2 « L’Emission politique ». Pendant plus de deux longues heures, il a déroulé son programme, toujours plus droitier, toujours plus démagogique, toujours plus populiste, en se montrant comme un élu des « campagnes françaises », un « écolo de droite », l’ami des classes moyennes et en se présentant comme un « auvergnat qui sait compter », bienheureusement ! Mais son cheval de bataille pendant l’émission fut celui de « ne pas laisser le monopole des discours sur l’immigration au front national » ni « le monopole social à la gauche ».

Reconnaissant ouvertement vouloir récupérer les voix du front national, il s’est laissé aller à reprendre le leitmotiv du FN « il y a trop d’immigrés en France ». Il promet de ramener la barre de l’immigration légale sous les 100 000 immigrés par an. Sur le domaine européen, il a évoqué « qu’il n’ y a pas que l’Allemagne en Europe » en parlant d’une France « naïve » au niveau Européen. Pour finir, Wauquiez a cité une sourate sortie directement de l’imagination du président de Les Républicains, qui n’a jamais existé dans le Coran.

La droite se décomplexe, pour reprendre les mots de Nicolas Sarkozy maître du tournant droitier dans le parti Les Républicains. Cette ligne de droite « dure » incarnée par Laurent Wauquiez plaît beaucoup aux militants de la base du parti, mais elle a du mal à percer dans les milieux dirigeants, un début de fronde commence à s’apercevoir en interne avec ses vieux concurrents à la présidentielle de décembre, mais aussi dans les vieux du parti. Ainsi Alain Juppé ne cotise plus pour le parti et continue son rapprochement avec Macron pour les européennes. Une stratégie très dangereuse pour Wauquiez qui pourrait voir une levée de bouclier en interne s’intensifier face à sa drague de plus en plus ouverte et insistante de l’électorat lepeniste.




Mots-clés

Laurent Wauquiez   /    Les Républicains   /    FN   /    Politique