Débats

Présidentielles 2017

L’aile gauche arrive en tête à la Conférence Nationale du NPA

Publié le 15 mars 2016

Les assemblées générales préparatoires à la conférence nationale du NPA des 19 et 20 mars se sont tenues, la plateformeA, rassemblent les différentes sensibilités de la gauche du parti, est arrivée en tête avec 41% des voix, loin devant les deux autres plateformes qui font 29% et 24%. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour tous ceux qui souhaitent que le NPA puisse se présenter de façon indépendante aux élections présidentielles, sur un programme anticapitaliste et révolutionnaire Nous reproduisons ci-dessous la tribune de la Plateforme A publiée dans l’Anticapitaliste de cette semaine.

Enfin engager la bataille...


Les Assemblées préparatoires à la Conférence Nationale confirment une très large volonté des militantes et des militants du NPA de s’engager dans la bataille pour faire entendre une voix anticapitaliste et révolutionnaire dans la campagne présidentielle, présenter une candidature du NPA.Les positions défendues par la plateforme A ont rencontré un large écho (plus de 41% des votes) et ont contribué à nourrir la discussion politique sous l’éclairage de la lutte pour le retrait de la loi El Khomri, de l’irruption de la jeunesse avec les travailleurs sur le terrain des luttes sociales et politiques.La montée du mécontentement, les tensions au sein de la gauche gouvernementale qu’il provoque viennent encourager la contestation dans la jeunesse et le monde du travail. Elles donnent encore plus de force aux raisons que nous avons de présenter une candidature anticapitaliste et révolutionnaire.

Nous voulons permettre au mécontentement, à la colère, à la révolte de s’exprimer aussi sur le terrain électoral pour rejeter et condamner le gouvernement Valls-Hollande et sa politique entièrement soumise au patronat et aux banques. La droite de plus en plus extrême et l’extrême droite veulent dévoyer le mécontentement des classes populaires au nom de la démagogie nationaliste, xénophobe et raciste pour, au final, poursuivre et aggraver la même politique.Les uns et les autres sont au service des classes dominantes.Il est indispensable que puissent s’exprimer les classes exploitées pour faire en sorte que leur bulletin de vote devienne, pour toutes et tous, un encouragement à s’organiser, à faire de la politique afin de résister et lutter pour leurs droits.

Face à tous les partis institutionnels qui servent le patronat, nous voulons aider les travailleurs et la jeunesse à devenir leur propre représentant politique, à prendre leurs affaires en main pour imposer leurs droits, changer le rapport de forces et devenir les acteurs de la transformation révolutionnaire de la société.Pour que nous puissions relever ce défi nous devons nous donner les moyens de rassembler toutes les forces disponibles au sein et autour du NPA en tirant ensemble les leçons des derniers mois.

Nous savons qu’il ne sortira rien de bon pour le monde du travail des manœuvres et tractations qui se déroulent au sein du PS. Rien non plus à la gauche du PS. Mélenchon est candidat sur un programme et des idées qui ne se situent pas sur le terrain des travailleurs. Le PCF ne sait pas à quelle sauce il sera mangé et par qui. L’ensemble des députés du Front de gauche ont voté l’état d’urgence et la poursuite de la guerre.Nous voyons bien que le seul fait de prétendre s’opposer à la politique du gouvernement ne peut constituer une base politique ni pour une candidature ni pour un rassemblement ou une alternative.

Les camarades de la plate-forme C [ancienne majorité du NPA] ne peuvent que se convaincre que la seule façon d’œuvrer à l’émergence d’une nouvelle représentation politique du monde du travail est que le NPA se donne les moyens de défendre son propre programme, ses propres idées.Il est indispensable d’avancer une politique pleinement indépendante des institutions atour d’un programme d’urgence anticapitaliste, internationaliste et révolutionnaire.

La discussion de la CN doit nous permettre d’aller plus avant pour rassembler autour de la candidature qui apparaît comme la plus consensuelle, celle de Philippe Poutou, mais cette candidature doit être collective avec une équipe de porte-paroles, Armelle, Christine, Olivier et Philippe, et une direction de campagne reflétant à la proportionnelle les différentes plateformes que le CPN qui suivra la CN mettra en place.

Équipe d’animation de la plateforme A