Société

L’antiracisme n’a pas de couleurs…

Publié le 1er septembre 2016

Hebdo L’Anticapitaliste - 348 (30/08/2016)

Zhang Chaolin, commerçant d’origine chinoise, est mort le 7 août dernier à Aubervilliers (93) après une agression. Trois hommes voulaient voler le sac d’un ami, lui aussi d’origine chinoise. Répandus depuis des années dans le quartier de Belleville à Paris, les vols avec violence visant la communauté chinoise à Aubervilliers auraient triplé en un an. Un sentiment d’insécurité se répand parmi les personnes d’origine asiatique de Paris : les agresseurs semblent ne pas faire distinction entre les Chinois, les Vietnamiens et les Cambodgiens. Plusieurs manifestations ont eu lieu en banlieue et à Paris même.

« Ce ne sont pas forcément des agressions racistes », dit Tamara Lui, présidente de l’association Chinois de France - Français de Chine, mais elle précise : «  il y a aussi un certain nombre de préjugés sur les Asiatiques, de racisme, de méconnaissance. Et cela alimente certaines agressions. On agresse des Chinois parce qu’on pense qu’ils ont du liquide (…). Les Asiatiques semblent pour certains ravisseurs représenter des proies faciles en raison de leur corpulence, de leur discrétion. On pense qu’ils ne portent pas plainte. Il est vrai que certains n’ont pas de papiers. Tout cela est lié à l’histoire de ces personnes, à la façon dont elles ont immigré, à la barrière de la langue aussi. »

On peut aussi relever que sur les réseaux sociaux se manifestent fantasmes et haine antichinois. Ce climat est propice à tous les raccourcis, et alimente tous les replis et les divisions.

Il ne sert à rien de disséquer les agressions, entre celles relevant de motifs crapuleux ou du racisme. La fragmentation des communautés est de l’intérêt des dominants. La haine du voisin qui ne vit pas comme vous et réussit un peu mieux est propice à tous les égarements.

Il y a quelques années, de nombreux Asiatiques ont participé aux manifestations des sans-papiers. Négliger aujourd’hui les violences dont sont victimes les « Chinois » serait une grave erreur pour les antiracistes.