^

Monde

Stratégie militaire et politique au Sahel

L’armée française lance une intervention à la frontière burkinabé-malienne

Ce weekend s'est déroulée une attaque importante menée par l'armée française conjointement avec l’armées malienne. Présentes au Sahel, elles ont mené une opération qui aurait neutralisé une vingtaine de personnes liées à un groupe islamiste burkinabé qui se cacheraient dans les vastes forêts du Sahel.

La géo-politique comme statégie néo-coloniale

Un rapport indique que la France est présente dans différents conflits au Sahel, région située entre différents pays dont le Mali, le Niger ou encore le Nigéria, théâtre ce week-end d’une opération militaire menée par plusieurs forces militaires dont les forces armées françaises présentes dans cette région.

Plusieurs points sont à comprendre dans la présence française dans les pays de la région. La France y a encore un impact important d’un point de vue politique et a aidé à construire les territoires et les nations. Elle est intervenue suite aux « demandes » de certains de ces gouvernements pour endiguer les révoltes sociales mais aussi pour lutter soi-disant contre le terrorisme.

L’opération Serval a vu ainsi le jour au Mali en 2013. Elle est remplacée aujourd’hui par l’opération Barkhane qui a pour but de rendre la souveraineté sur tout le territoire malien au gouvernement de Bamako principalement. Face à eux se trouvent, d’une part, des groupes touaregs qui revendiquent et demandent encore aujourd’hui l’indépendance de l’Azawad, au nord du pays, ainsi que le droit à l’autodétermination ; et d’autre part des islamistes opposés au gouvernement actuel.

Ces derniers temps, c’est sous l’opération "PANGA", menée par les armées maliennes, burkinabés et l’opération Barkhane (armée française) que s’est joué un conflit contre des islamistes au Sahel, qui a débouché sur l’arrestation de permis d’arrêter 5 personnes et d’en tuer une vingtaine.

Tout cela a un coût gigantesque pour protéger les intêrets stratégiques français. Les moyens déployés sont été énormes. Ainsi, pour les besoins de l’opération Panga, 1.300 soldats, 200 véhicules, des drones MALE MQ-9 Reaper, des Mirage 2000 et une dizaine d’hélicoptères ont été mobilisés, financés par le contribuable français. Le tout à un coût immense. La France investit actuellement 3 millions d’euros par jour dans cette région et espère avoir un retour économique important.

Mais ce déploiement militaire et ces dépenses faramineuses répondent, sans aucun doute, aux difficultés liées à une mission longue dont les populations locales peuvent commencer à se rendre compte qu’elle ne les favorise en rien. Bien au contraire. En effet, beaucoup d’habitants ne se leurrent pas sur la présence militaire française et y voient très bien que seul l’intérêt économique et politique fait venir le gouvernement français pour venir en aide aux différents gouvernements qu’il a lui même mis en place durant toutes ces années.

De plus, ces interventions arrivent à un moment crucial, car il sera bientôt l’heure de renouveler les gouvernements locaux et la France veut pouvoir avoir un impact important pour bénéficier en priorité de contrats juteux au détriment des populations locales. Des puissances impérialistes qui pillent les terres et imposent une main-mise militaire pour satisfaire leurs profits et des terroristes qui tuent, et entre eux, les populations qui, elles, payent le prix fort.

Une question économique

Le Sahel est une région qui longe l’Afrique de l’est à l’ouest et est la frontière naturelle avec le désert du Sahara. Mais elle est surtout un lieu riche de matières premières dont la France est le premier bénéficiaire grâce à des contrats importants entre les différents pays. Le Sahel est souvent appelé l’Eldorado des matières premières : on y retrouve de l’hydrocarbure, mais aussi l’uranium utile pour la production électrique exploitée par la firme française Areva.

Dernièrement, il a été découvert de grandes couches pétrolières et une grande quantité de gaz enfouis mais aussi d’autres matières et on pourrait voir apparaître rapidement de nouvelles mines gigantesques à ciel ouvert sous gestion d’entreprises françaises. On comprend d’ores et déjà les intérêts français ainsi que la présence des forces armées françaises dans ces différents pays. Elle souhaite, par l’aide octroyée d’un point de vue militaire, de disposer de contrats importants.

Déjà, les grandes entreprises françaises sont bien implantées dans ces régions, comme les entreprises Bolloré qui ont les télécommunications, mais aussi l’acheminement pour toutes entreprises voulant exploiter les terres ainsi que les matériels permettant de trouver les matières premières.

La France a toujours eu des intérêts économiques et géopolitiques en Afrique. De par sa puissance militaire, elle impose aux autres sa présence dans les pays où elle a des intérêts à protéger. Ainsi, la liste est longue, et le gouvernement français se retrouve dans différents conflits qu’elle orchestre pour garder une main mise. Nous pouvons voir la présence des militaires dans les anciennes colonies françaises et dans des régions où la bourgeoisie veut garder une suprématie ou un monopole pour dicter ses politiques et imposer leurs systèmes économiques en appauvrissant les populations de ces régions, aidée par les gouvernements locaux qui coopèrent avec la bourgeoisie française.

Face à cela, nous devons soutenir les résistances pour ceux ne voulant, ni terroristes, ni impérialistes, pour reprendre les moyens de productions et industriels au bénéfice direct de la population.




Mots-clés

Mali   /    Impérialisme   /    Françafrique   /    Monde