^

Monde

Cisjordanie

L’armée israélienne a arrêté le frère d’Ahed Tamimi, symbole de la résistance palestinienne

Dans un geste de véritable provocation, et durant les assassinats de palestiniens à Gaza, le pouvoir israélien a emprisonné Waed Tamimi, le frère de Ahed Tamimi, l’adolescente devenue un véritable symbole de la résistance palestinienne.

Traduction de la IzquierdaDiario

L’armée israélienne a rapporté ce vendredi avoir arrêté Waed Tamimi, frère de l’adolescente Ahed Tamimi, emprisonnée et devenue un symbole de la résistance palestinienne contre les attaques et les occupations de l’État israélien.

Selon Tsahal, la détention de Waed est motivée par « des actions terroristes populaires », une formule législative que l’État israélien utilise pour pratiquement n’importe quelle forme de résistance aux aberrations menées par l’armée sur la population palestinienne.

Plus fondamentalement, il s’agit d’une véritable provocation dans le contexte des meurtres de masse que les soldats israéliens commettent tous les vendredis à Gaza contre les manifestations de la « Grande Marche du retour », dans laquelle les Palestiniens réclament le droit au retour des millions de personnes qui ont été expulsés par la force de leur terre pour fonder artificiellement l’État colonial d’Israël il y a 70 ans.

De plus, la détention de Waed intervient à seulement quatre jours de ce que les Palestiniens appellent la Nakba (catastrophe), en mémoire du nettoyage ethnique que l’État israélien a effectué sur les territoires palestiniens, conduisant à sa fondation en 1948. C’est de plus un jour avant la Nakba, ce 15 mai, que les États-Unis inaugureront symboliquement leur ambassade à Jérusalem, site sacré pour les Palestiniens. Cela constitue une véritable provocation de Trump et de Netanyahu, qui sans aucun doute apportera de nouvelles contestations, répressions et assassinats. L’arrestation de Waed est utilisée par l’État israélien pour faire un exemple et une menace sur les Palestiniens, et surtout sur les plus jeunes qui prennent activement part aux manifestations et à la résistance.

La détention de Waed

Waed a été arrêté à 5h, heure locale, mercredi dans sa maison familiale de la ville cisjordanienne de Nabi Saleh, où a été arrêtée en décembre dernier Ahed « dans des conditions similaires », d’après son père Basem Tamimi dont l’épouse et deux de ses quatre enfants sont aujourd’hui en prison.

« Les soldats ont frappé à la porte, sont entrés dans la maison et l’ont emmené. Je ne sais toujours pas de quelles charges il est accusé », a déclaré Efe Tamimi, membre d’une famille bien connue de militants palestiniens qui ont dirigé les manifestations de Nabi Saleh contre l’occupation israélienne de la Cisjordanie.

L’armée israélienne a par la suite indiqué à Efe que Waed, 21 ans, était « suspecté d’avoir été impliqué dans des actions terroristes populaires » et attendait maintenant une audience devant le tribunal militaire.

Ahed, quant à elle, purge actuellement une peine de huit mois de prison, après un accord conclu avec l’accusation, et sera libérée au mois de juillet.

L’accord se reporte également à sa mère, Narima, condamnée à huit mois de prison supplémentaires, qui apparaît aussi dans la vidéo qui a conduit à l’arrestation d’Ahed, et de sa cousine, Nour, qui a été libérée mais qui pourra être emprisonnée si elle est accusée de charges similaires durant les trois prochaines années.

Les images qui ont conduit à ces arrestations montrent Ahed, alors âgée de 16 ans, insultant et frappant des soldats israéliens dans la cour de sa maison, et son arrestation l’a transformée en symbole de la résistance palestinienne contre l’occupation autant qu’elle a remis en lumière la détentions de mineurs dans les tribunaux militaires israéliens.

Ahed Tamimi et son frère font partie des milliers de jeunes détenus, et Ahed des 300 mineurs qui sont emprisonnés dans les geôles israéliennes, et soumis à la torture durant les interrogatoires. Menaces, privation de sommeil et interrogatoires interminables font partie de l’arsenal utilisé par les policiers et les militaires dans les prisons israéliennes où ils cherchent à « redresser » et terroriser les millions de Palestiniens qui se battent jour après jour contre l’occupation coloniale en Cisjordanie et dans la bande de Gaza que l’État d’Israël a transformé en prison à ciel ouvert.




Mots-clés

#FREEAHED   /    Israël   /    Palestine   /    Monde