Notre classe

La Banque de France supprime des emplois pour "servir au mieux les entreprises"

Publié le 4 juillet 2016

Le capitalisme n’est pas à une contradiction près : la Banque de France, pour être "au service de la collectivité", a décidé d’un plan de restructuration qui va supprimer d’ici 2020 des milliers d’emplois et en précariser bien d’autres. 

George Waters

Alors que la Banque de France a eu un résultat net de 2,2 milliards d’euros en 2015, la banque centrale a peur de voir ses profits s’effondrer. Ils ne sont pourtant que 12 200 à travailler dans cette institution, pour des profits pharamineux. Mais François Villeroy de Galhau, le gouverneur, préfère casser l’emploi au nom du profit. En effet, la direction, dans son nouveau plan baptisé "Ambitions 2020", dévoile comment elle compte renvoyer des travailleurs chez eux.

L’institution bicentenaire compte actuellement 12 269 employés équivalent temps plein. Le but est maintenant d’abaisser ce nombre à 9800 en 2020, soit 2500 en moins. Pour cela, la direction compte sur les 3500 départs à la retraite qui auront lieu d’ici 2020, et n’embaucher entre temps que 1000 nouveaux salariés. Ainsi, pour être plus proche de l’économie, il faudrait supprimer des emplois... En plus de ces 1000 remplacements, la banque mise sur les contrats précaires pour assurer ses missions : elle prévoit d’engager environ 500 jeunes en alternance, avec la précarité bien connue de ces situations.Alors que les conditions de travail était déjà très dures, c’est une nouvelle attaque que doivent contrer les travailleurs : l’intersyndicale dénonce en outre " la quasi-absence de revalorisation salariale, une détérioration des conditions d’évolution professionnelle, la filialisation de certaines activités... alors que la banque réalise d’énormes bénéfices".? De surcroît, ce sont bien les postes les salariés les moins payés qui sont attaqués.

Face à ces chiffres – décidés unilatéralement par la direction – les syndicats (SNABF Solidaires, CGT, CFDT et FO) ont appelé à la grève, notamment dans les succursales de la banque dans les départements et régions. En effet, sur les 5300 postes que concentre ce secteur d’activité, seuls 3725 resteront en 2020. Quand on sait que le travail en succursale rend possible l’une des missions de la Banque de France qu’est l’aide aux personnes sur-endettées... C’est donc avant tout un calcul de rentabilité que fait l’entreprise : il s’agit d’accorder toujours plus d’importance aux grandes entreprises avec lesquelles elle collabore au détriment du service aux particuliers.