^

Notre classe

La Poste

La CGT et SUD appellent à la grève dans les centres de tri

Les syndicats SUD et CGT appellent, mardi 20 juin, à une grève pour les agents dans les centres de tri de courrier et de colis pour dénoncer les fermetures de centre de tri et exigent des revalorisations salariales.

Crédit photo : DR

Appel à la grève nationale dans tous les centres

Les fédérations syndicales Sud et CGT viennent de déposer un préavis de grève pour permettre aux salariés de protester contre les fermetures de centres de tri, qui vont permettre de licencier à terme une grande partie des travailleurs de la Poste. Alors que les conditions de travail se dégradent, la Poste annonçait une augmentation de son chiffre d’affaires. Ainsi les salariés souhaitent contester la nouvelle politique des directions de la Poste, qui a pour but de privatiser le secteur et d’améliorer leurs profits, au détriment des conditions de travail.

Cet appel national pour un mouvement unitaire et coordonné pourrait être suivi massivement. Il appelle d’ores et déjà à se rassembler devant les plateformes industrielles du courrier. Ces nouvelles politiques ont été un désastre d’un point de vue économique et humain, ainsi que sur la qualité de service proposé aux usagers de la Poste.

Les constats sont les mêmes pour les deux syndicats

La réorganisation a surtout accéléré la fermeture du centre de tri dans le but exclusif de rentabiliser l’immobilier et les bâtiments. Cependant, cela a surtout eu un impact sur les salariés qui, pour certains, doivent maintenant parcourir plus de 50 kilomètres pour venir travailler. Les réorganisations incessantes ne permettent pas aux agents de se réadapter aux nouvelles politiques du groupe La Poste. Cela engendre une précarité quotidienne du personnel et une accentuation de la pénibilité des tâches à effectuer. Il y a une baisse du nombre de salariés, alors même que les tâches de travail ont, elles, augmenté. La pression au travail se fait de plus en plus pressante et cela se traduit comme à France Télécom, avec une vague de suicides sans précédent, comme en est le triste exemple le suicide d’un encadrant postier à Alençon, engendré par les dégradations des conditions de travail.

Seulement, ce n’est pas le seul qui rallonge la lourde liste de suicides de ces derniers mois constatés dans les rangs des postiers et des agents. La direction utilise par ailleurs des moyens de pression et de répression de plus en plus sévères face aux postiers qui souhaitent lutter contre ces réorganisations. Ainsi, à la poste de Rivesaltes, un des délégués syndicaux avait été appelé au tribunal par la direction de la poste départementale, ces postiers qui avaient lutté durant plus de 200 jours et avaient obtenu la signature pour une fin de conflit qui a dernièrement été remise en cause. Il y a eu aussi d’autres centres de tri où les directions ont essayé d’avoir une main-mise sur les grèves en utilisant des moyens répressifs comme contre Gaël Quirante syndiqué à SUD poste 92. Tout cela a été possible car les réorganisations étaient distantes, ce qui ne favorisait pas une convergence. Les syndicats, cette fois-ci, appellent largement et nationalement tous les centres de tri pour des revendications communes.

Des revendications communes

Face à ces attaques sévères de la direction, les syndicats veulent imposer des revendications qui permettraient aux postiers de sortir enfin la tête de l’eau et de respirer à nouveau au sein de leurs entreprises. Ainsi, il y a une demande de revalorisation des heures de nuit qui n’ont pas été relevés depuis plus de 10 ans, octroi d’un treizième mois et embauche en CDI des personnels en CDD ou en intérim. Alors que la direction a évalué à 538 le nombre de salariés en difficultés, le CHSCT, lui, en a identifié plus de 6200. Les syndicats demandent donc l’ouverture de nouvelle négociation sur la question de la pénibilité. On retrouve aussi l’octroi d’un repos compensateur pour les postiers qui aurait un jour de repos qui coïncide avec un jour férié. Et la remise en place de pauses de 15 minutes.

Ces revendications légitimes doivent permettre de contrecarrer les réorganisations en cours, qui amènent à un futur désastre humain. Pour cela, les postiers doivent imposer et construire une mobilisation large et unitaire dans les centres de tri. Appelons dès aujourd’hui aux soutiens des usagers, car une amélioration de leurs conditions de travail est une amélioration des conditions d’accueil et de services public rendu aux usagers. Les salariés ne sont pas de la chair à canon et ne sont pas de la chair à patron ! Ce nouveau gouvernement souhaite accélérer la détérioration des conditions de travail pour tous les travailleurs avec sa future loi Travail puissance 10. Alors, nous devons face à ça, combattre les patrons comme les macrons !




Mots-clés

SUD   /    CGT   /    La Poste   /    Syndicat   /    Notre classe