^

Société

L’écologie comme prétexte

La FNSEA et les Jeunes Agriculteurs bloquent 14 raffineries pour défendre les intérêts de l’agro-industrie

Ce dimanche 10 juin, la FNSEA, le syndicat agricole, lançait une opération de blocage de 13 raffineries pour protester contre le projet de la raffinerie de La Mède d’importer de l’huile de palme, à la place d’huile de tournesol ou de colza, pour sa production de biocarburants.

Le déclencheur du mouvement réside dans la validation par le gouvernement d’une promesse faite à Total sous François Hollande. En effet, fin 2016, pour éviter la fermeture de l’usine, le gouvernement avait accepté un plan de reconversion du site, passant du raffinage de pétrole brut à la production de bio-carburants. Dans ce cadre, le gouvernement avait autorisé l’entreprise à importer 75% de l’huile végétale utilisée, chiffre qui serait passé à 50% suite à une renégociation, d’après le secrétaire d’Etat Sébastien Lecornu, interrogé sur Europe 1.

Dès le 31 mai, la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs annonçaient le blocage de « sites stratégiques, symboles des distorsions de concurrence que nous subissons », à savoir 4 raffineries de Total et des dépôts de carburants. Par-là, les organisations entendaient également répondre au projet de loi Agriculture et Alimentation dans lequel elles souhaiteraient voir figurer un amendement empêchant l’importation de produits contenant des substances interdites dans l’Union Européenne. La FNSEA et les JA dénoncent également les traités commerciaux, notamment avec le Mercosur, autour de la viande ou de l’éthanol.

Dans un premier temps, les représentants d’exploitants agricoles ont dénoncé l’importation de l’huile de palme à la fois du fait de la chute du prix de l’huile de colza qu’elle risquait d’entraîner et pour des raisons écologiques. La semaine dernière, le projet était également contesté par l’ONG Les Amis de la Terre, qui craint l’augmentation des importations d’une huile de palme désastreuse pour l’environnement. Ainsi, était pointé du doigt l’absence, dans l’arrêté préfectoral autorisant le redémarrage de l’activité, de « l’autolimitation à 300.000 tonnes d’huile de palme brute annoncée par Total. »

Pour autant, dire comme Novethic que « la FNSEA prend des airs de Greenpeace » ou comme Le Monde qu’« écologistes et agriculteurs trouvent une forme de convergence des lutte » serait aller un peu vite en besogne. La Confédération Paysanne a ainsi réagi hier au mouvement en rappelant l’affiliation de la FNSEAP au groupe Avril, ex-Sofiprotéol, importateur de 200.000 tonnes d’huile de palme par an et en dénonçant « l’instrumentalisation de cette question au profit des intérêts très particuliers de l’agro-industrie » et continue en dénonçant « la FNSEA [qui] demande toujours plus de dérégulation, de libéralisme et toujours plus ‘d’accès au marché’ ». Avril a longtemps été dirigé par Xavier Beulin qui dirigeait également la FNSEA de 2010 à 2017. Vendredi dernier, Libération notait justement dans ses colonnes que le leadership d’Avril, premier producteur européen de biodiesel, était menacé par la bioraffinerie de la Mède.

Evidemment, il n’y a rien à attendre de la part de la FNSEA qui, en prétextant défendre les intérêts des petits agriculteurs, ne fait que les instrumentaliser à des fins corporatistes de défense d’une branche de l’agro-industrie à savoir la transformation de l’huile de colza en agro-carburant qui est aussi « une impasse pour les paysans » comme l’affirme la confédération paysanne et « dont le bilan environnemental s’avère calamiteux. » Plus encore, la FNSEA défend ouvertement des mesures antisociales en promouvant des mesures comme la suppression de la cotisation « famille et maladie » sur les salaires des saisonniers, compensée par une TVA sociale, afin d’accroître ses profits et de faire retomber sur la population les cotisations patronales. Aujourd’hui dans l’après-midi on apprenait que le blocage de la Mède était levé. Les autres blocages pourraient se poursuivre jusqu’au 13 juin.

Crédits photos : BERTRAND LANGLOIS / AFP




Mots-clés

FNSEA   /    Grèves raffineries    /    Agriculteurs   /    Société