^

Politique

Recomposition à gauche

La France Insoumise et le PCF auront des groupes parlementaires séparés à l’Assemblée

C’est désormais officiel, il y aura deux groupes parlementaires de « la gauche de la gauche » à l’Assemblée Nationale. En effet, le PCF et la France Insoumise ne formeront pas de groupe commun.

« Ouvert à tous », le groupe parlementaire des Insoumis sera « discipliné » selon Mélenchon

« Un groupe France insoumise cohérent, discipliné, offensif ». C’est en ces termes que Jean-Luc Mélenchon a salué les 16 sièges obtenus par les Insoumis, ouvrant la porte à la constitution d’un groupe parlementaire, et ce même si aucune alliance n’est scellée avec d’autres forces de « la gauche de la gauche ». Un temps réticent à l’idée de présider le groupe à l’Assemblée, Jean-Luc Mélenchon a très rapidement cédé face aux demandes répétées de nombre de ses lieutenants, Alexis Corbière en premier lieu.

Aujourd’hui, nous, nous avons la capacité quoi qu’il arrive de constituer notre propre groupe

Eric Coquerel, député FI de la 1ère circonscription de Seine-Saint-Denis.

L’objectif est on ne peut plus clair. La France Insoumise entend se positionner au centre des recompositions à gauche, et ce alors que les contours d’un groupe parlementaire socialiste sont encore flous. Manuel Valls a clairement fait savoir son soutien plein et entier au projet d’Emmanuel Macron tandis que les derniers fidèles au PS souhaiteraient incarner une « force d’opposition » à l’Assemblée. Il est donc indéniable que le pôle Insoumis pourrait devenir très attrayant. C’est en tout cas la vision de Régis Juanico, dernier rescapé des frondeurs, qui estime que « quand le PS tergiversera une nouvelle fois sur le fait de voter oui ou non la confiance au gouvernement d’Emmanuel Macron, ça peut provoquer de nouvelles choses. La recomposition n’est pas finie ». Et pour atteindre au mieux cet objectif, tout en resserrant les rangs, l’état-major Insoumis a semble-t-il estimé que la figure de Jean-Luc Mélenchon était la plus à même de « discipliner » un potentiel groupe parlementaire composite. Un pari qui semble d’ors et déjà perdu.

Le PCF décide de s’allier aux « ultra marin »…

On le sait, les tensions ont été vives entres le PCF et la France Insoumise lors de cette campagne des légistatives, symbolisé par le fameux SMS incendiaire envoyé par Jean-Luc Mélenchon à Pierre Laurent à la mi mai. Cependant, le verdict du scrutin a mis en difficulté le PCF, tributaire d’alliances pour formé un groupe parlementaire.

L’objectif est la visibilité de la gauche radicale dans cette nouvelle Assemblée. Il faudra qu’on organise, s’il y a deux groupes, une sorte d’inter-groupe, avec une expression commune, et un cadre de travail commun

André Chassaigne, député PCF réélu dans la 5ème circonscription du Puy-de-Dôme

Au sein de la formation communiste, deux lignes s’affrontent. L’une pro-mélenchon, incarnée par Marie George Buffet qui appelle de ses vœux à ce « qu’il y ait un seul groupe, c’est ce qui me paraît le plus respectueux des électeurs » tandis que Chasseigne estime primordial de préserver « l’identité communiste » afin qu’elle « puisse continuer d’exister dans l’hémicycle ». Pour ce faire, l’aile favorable à un groupe distinct de la FI affirme qu’une alliance avec les députés « ultra marin » est possible. Il est toutefois notable que le Parti Socialiste, avec qui le PCF a gouverné par le passé, n’apparaît pas, en tout cas pour l’heure, comme une option crédible aux yeux de sa direction. Une ligne de conduite qui en dit long sur l’état actuel du parti de Solférino et des incertitudes autour des positions des différents élus socialistes dans l’hémicycle.

En définitive, le PCF a officiellement pris position, et a décidé de former un groupe parlementaire dissocié de la France Insoumise. Pour ce faire, il a dû compter parmi ses nouveaux alliés 4 députés qui avaient voté contre le mariage pour tous, et 2 ayant voté la confiance au gouvernement Valls en 2014. Un choix boutiquier qui ne manquera pas d’accentuer les remous en interne, et qui influera forcément sur les recompositions en cours à la gauche de la gauche.




Mots-clés

PCF   /    Mélenchon   /    Politique