^

Politique

Leetchi

La cagnotte de soutien aux forces de l’ordre serait-elle bidon ?

Dans le cadre d'une opération de communication du pouvoir contre le mouvement des Gilets Jaunes, et en réaction à la solidarité populaire avec le boxeur Christophe Dettinger, Renaud Muselier (président LR de la région PACA) a lancé une cagnotte de soutien aux forces de l'ordre. Celle-ci aurait récolté plus de 600.000€ dans la nuit du 9 au 10 janvier, passant de 200.000€ à plus de 800.000€. Mais en y regardant de plus près, certaines données des transactions interrogent...

C’est [Pierrick Tillet qui a révélé sur son blog https://yetiblog.org/la-cagnotte-leetchi-de-soutien-aux-policiers-est-un-fake-alimente-par-des-robots/] d’étranges transactions sur la cagnotte Leetchi de « soutien aux forces de l’ordre ». Il remarque cette nuit-là « 1.869 généreux donateurs insomniaques rajoutant la somme extravagante de 52.265,28 euros entre 4h27 et 5h24 du matin », et « 3.152 commentaires seulement pour 30.933 donateurs (NB : les robots ne laissent pas de commentaire) ; et même plusieurs commentaires répétés avec le même expéditeur ».

De plus, le montant des donations est lui aussi suspect. Tout d’abord, la moyenne des montants des donations ne varie pratiquement pas par rapport à la fin de journée : 27,41€ contre 27,21€. Et la courbe des donations est incroyablement régulière, puis s’arrête brutalement à 6h00, faisant penser à des opérations réalisées via des robots. Ensuite cette hypothèse est corroborée par le montant des donations au centime près, qui seraient le fruit de transactions réalisées par des robots eux-mêmes programmés dans des devises étrangères. Enfin la répétition des dons par un seul et même profil (jusqu’à douze donations !) finit de nous étonner. Selon Leetchi, ces différentes anomalies seraient dues à des « bugs » mais l’ampleur du phénomène permet d’en douter.

Il serait donc possible que ces donations soient en réalité le fruit de quelques très très riches donateurs. Sans accès aux données, difficile d’en savoir plus. Dans les sphères du pouvoir et des puissants, nombreux sont les ennemis des Gilets Jaunes. En effet, lorsque la cagnotte a été ouverte par un élu Les Républicains qui se porta volontiers au secours de la macronie, c’était évidemment dans le but de contre-balancer l’énorme élan de solidarité populaire avec le boxeur Christophe Dettinger, et avec toutes les victimes Gilets Jaunes de violences policières, à l’image de la cagnotte de soutien au boxeur et à sa famille atteignant les 120.000€ en 48h, ou encore de celle destinée aux blessés Gilets Jaunes qui a vite atteint plus de 100.000€. En plus de ce qu’ils disent sur la solidarité interne au mouvement – car évidemment pour des Gilets Jaunes qui galèrent à finir leur fins de mois, donner en moyenne 15€ aux camarades blessés et réprimés ça n’est pas rien – le succès de ces cagnottes en dit long sur la délégitimation générale de la police et de l’Etat, perçus de plus en plus comme ce qu’ils sont : une bande d’hommes armés au service des plus riches.

Quoi qu’il en soit, la réussite de la cagnotte de la police tombe à pic pour le gouvernement. Dans ce contexte, que la cagnotte de soutien aux forces de l’ordre apparaisse comme plus alimentée que celles des Gilets Jaunes lui permet de légitimer sa politique ultra répressive face à la déferlante fluorescente apparemment pas prête de s’arrêter [ https://www.revolutionpermanente.fr/Gilets-jaunes-Le-retour-du-spectre-de-la-revolution ].

Et cela pose aussi un certain nombre de questions. Tout d’abord, pourquoi le site Leetchi, qui a pris l’initiative de fermer la cagnotte de soutien à Christophe Dettinger au bout de 48h, est aujourd’hui aussi complaisant avec une cagnotte qui n’est rien d’autre qu’une prime à la répression alors qu’autant d’irrégularités planent sur les donations ? Et si ces donations sont effectivement truquées, alors d’où proviennent-elles réellement ? Marlène Schiappa, interrogée le 8 dernier sur France Info, allait jusqu’à demander que les donateurs de la cagnotte de soutien à Christophe Dettinger soient identifiés. Une mesure de salubrité publique ne serait-elle pas plutôt de vérifier les donations suspectes, et le cas échéant, de dévoiler l’identité de ces personnes qui n’auraient pas hésité à manipuler l’opinion publique afin de sauver un gouvernement au bord du gouffre en utilisant des sommes telles et en faisant sous-traiter des transactions par des robots à l’étranger ? Affaire à suivre donc...




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Répression   /    Politique