^

Politique

Vous n'êtes pas les bienvenus !

La délégation du PS huée et chassée par les cheminots et les manifestants le 22 mars

Pris à part par les manifestants lors de la journée de mobilisation du 22, le prochain premier secrétaire du Parti Socialiste et une délégation de plusieurs cadres du parti ont du quitter en vitesse la manifestation, apparemment les blessures provoquées par le gouvernement Hollande ne sont pas prêtes à être soignées.

Crédit photo : Christophe Archambault / AFP Source : AFP

Ce jeudi, lors de la journée de mobilisation appelée par les principales directions syndicales, le futur « chef » du parti Socialiste, Olivier Faure, accompagné par plusieurs cadres représentant toutes les tendances à l’intérieur du parti, comme Patrick Kanner, Emmanuel Maurel et Luc Carvounas entre autres, se sont pointés dans les proximités de la gare de l’Est à Paris pour soutenir les cheminots, qui se battent aujourd’hui pour la sauvegarde du statut « cheminot » à la SNCF et contre les attaques menées par Macron contre les services publics.

Avec des drapeaux, fierté oblige… la délégation s’est faite vite repérer par un certain nombre de manifestants, et les sifflements ne se sont pas fait attendre. Les hués se sont emparées de la foule et surtout les accusations avec raison de « social traîtres ». Les manifestants les ont interpellés en leur demandant des comptes vis à vis de la loi El-Khomri qui a posé les bases pour les réformes qu’aujourd’hui le gouvernement s’entête à poursuivre coûte que coûte.

Mais le bilan du gouvernement PS ne s’arrête pas seulement à la reforme du code du travail entamée par la ministre El-khomri, le quinquennat Hollande a été catastrophique pour les classes populaires à tous le niveau, mais aussi marqué par une forte répression contre toutes velléités de contestation. L’investiture d’Emmanuel Valls comme premier ministre à donné le ton, dans une lignée digne de la droite libérale, le chauvinisme exacerbé et sa rhétorique anti-ouvrière sont difficiles à oublier. Des lois comme celles du renseignement, la loi Rebsamen et Macron entre autres, ont posé les bases pour une répression à outrance des mouvements contestataires et du monde syndical.

Sans oublier le soutien inconditionnel aux forces de l’ordre, autant dans la brutale répression contre les manifestant du printemps 2016 mais aussi le soutien à l’impunité policière qui grâce à la carte blanche du gouvernement sont devenus les nouveaux gangsters des banlieues, l’affaire Théo en dit long. Sans oublier l’argent dépensé dans des interventions impérialistes autour du globe et notamment en Afrique tout en demandant aux travailleurs de se serrer la ceinture.

C’est peut être pour toutes ses raisons que les manifestant de la gare de l’Est ont fait fuir littéralement Olivier Faure et ses sbires, qui se sont réfugié dans un café à proximité, suite à une briefe discussion, ils ont décidé de partir rapidement, après avoir salué rapidement les syndicats. Une belle démonstration et un rappel à l’ordre pour tout l’encadrement du PS, le 6 % lors des dernières élections présidentielles n’a pas été anodin et ce n’est pas juste une mauvaise passe temporaire, les éléphants du PS sont en voix d’extinction et méritent d’être embaumés pour être exposé dans le musées de l’histoire politique.




Mots-clés

Manifestation   /    PS   /    Politique