Notre classe

Licenciement politique

La dernière provocation d’El Khomri. Exigeons la réintégration de tous les licenciés d’Air France !

Publié le 10 août 2016

Vincent Duse

Vincent Martinez, militant CGT, a été licencié par le gouvernement via la ministre du Travail Myriam El Khomri qui a validé le licenciement de notre camarade le 8 Août. Vincent et quatre autres camarades licenciés sont accusés d’avoir usé de violence lors du CCE – Comité Centrale d’Entreprise – en octobre 2015 dans ce qui est devenu « l’affaire des chemises arrachées ». Les 16 salariés d’Air France accusés dans le cadre de cette affaire vont passer en justice les 27 et 28 septembre prochains au tribunal de Bobigny. Alors que la même ministre vient de faire définitivement promulguer sa loi « Travaille ! », la justice de classe est plus que jamais à la manœuvre pour tenter de casser la combativité de la classe ouvrière par la répression et les licenciements et ainsi faire passer les attaques anti-ouvrières.

Valider le licenciement de Vincent Martinez, c’est une attaque contre tout le monde du travail !

S’attaquer aux militants combatifs par le biais de la loi ou par des procédures judiciaires est devenu
une pratique habituelle dans de nombreuses entreprises. La décision prise aujourd’hui par le gouvernement confirme que ce type de licenciements, qui sont des licenciements politiques, va encore s’accentuer dans la période à venir.

Quant aux derniers levier que pouvaient utiliser les travailleurs pour se défendre, comme l’inspection du travail qui en général connaît très bien les dossiers, ils sont mis à mal par le manque de moyen qui éloigne ses salariés du terrain et par le gouvernement qui balaie de plus en plus leurs décisions d’un revers de main.

Comme l’a dit la direction de la CGT à l’annonce de la validation du licenciement, cette décision du gouvernement est bien « revancharde » contre la colère ouvrière qui s’est exprimée à Air France. Le gouvernement cherche à prendre sa revanche, mais aussi à nous envoyer un message, après des mois de mobilisation contre la loi Travail : « Cessez de relever la tête ! »

2900 vies brisées seraient moins importantes qu’une chemise arrachée au PDG d’Air France ?

Revenons brièvement sur les événements du 5 octobre 2015 et les images que les médias de la classe dominante ont montré en boucle : un pauvre PDG qui a perdu sa chemise en train de fuir une horde de travailleurs qui voulaient sauver leurs emplois. Et c’est cela que la bourgeoisie veut mettre en avant, sans jamais, à aucun moment, parler des vies brisés ou des familles entières qui se retrouvent sur le carreau pour que l’entreprise Air France puisse continuer à faire des profits sans opposition !

La compassion de la « justice » et de ses médias s’arrête décidément où commencent ces profits. Où sera donc passée cette compassion lorsque des milliers de familles vont devoir se battre au quotidien pour survivre, pour faire vivre leurs enfants, pour avoir un toit sur leur tête ? Où est-elle lorsque ce n’est pas une chemise, mais un refuge qu’on arrache aux migrants dans la capitale ? Où est-elle lorsque ce sont ses forces de l’ordre qui arrachent la vie à Adama Traoré ?

La violence de classe, nous la subissons au quotidien. Notre unité fera la différence, pas leur justice !

Nous ne pouvons que compter sur nos forces, que ce soit les Air France et les Goodyear qui sont condamnés à des peines de prison ferme ou les nombreux autres militants et travailleurs qui se font licencier à tour de bras. Face à cette nouvelle provocation, répondons par la lutte et l’unification de tous les travailleurs, tissons des liens avec la jeunesse et avec tous ceux et celles qui subissent ce système, pour faire échec à tous les coup bas des capitalistes !

Construisons une campagne d’ampleur sur tout le territoire, contre la répression et les licenciements, en septembre pour les Air France, en octobre pour les Goodyear et pour la réintégration de tous les licenciés !

Lien vers la pétition pour la réintégration de Vincent Martinez : cliquez ici