^

Politique

Gilets jaunes

La fête à Macron à République : une AG pour préparer la jonction avec les gilets jaunes

L'ensemble des secteurs sociaux étaient présents à République à l'AG organisée par le collectif la fête à Macron. Les prises de parole se sont succédé : Francois Ruffin, Frédéric Lordon, le comité Adama ou encore Anasse Kazib et Gael Quirante, mais aussi des chômeurs ou livreurs à vélo, avec en ligne de mire la construction d'un mouvement de convergence avec les gilets jaunes.

Des centaines de personnes étaient présentes pour l’AG organisée par le collectif la fête à Macron, les prises de parole se succédant pour apporter chaque fois sa pierre à l’édifice en vue de construire un mouvement de convergence avec les Gilets Jaunes. Plusieurs secteurs sociaux étaient ainsi représentés : le comité Adama, le député de la France Insoumise François Ruffin, postiers du 92, cheminots, livreurs à vélo, des syndicalistes et des chômeurs, etc.

L’assemblée générale a commencé par une introduction de François Ruffin. Le député de la France Insoumise a rappelé que l’enjeu aujourd’hui est de réussir à mobiliser Paris aux côtés des Gilets Jaunes alors que le reste de la France est en ébullition. Avec la mobilisation massive des gilets jaunes, a dit le député, « le sujet, ce n’est pas la taxe sur le gazole, c’est d’avoir une victoire » pour préparer la suite, c’est-à-dire la lutte pour les retraites ou le refus des lois Macron. Toutefois, François Ruffin s’est contenté d’avancer deux mesures, à savoir la restauration de l’ISF et la suppression de la taxe sur le gazole, appelant par ailleurs à rejoindre le cortège de samedi et organiser des « apéros devant l’Elysée. »

De son coté, Anasse Kazib, cheminot à Gare du Nord et militant à Sud Rail, a rappelé que « c’est l’ensemble de la classe ouvrière qui doit se mobiliser », car autrement la colère finira dans les urnes, et au profit de l’extrême-droite. C’est par ailleurs le seul moyen de lutter contre l’infiltration des éléments les plus réactionnaires au sein des Gilets Jaunes : la classe ouvrière devant donner une direction au mouvement par ses méthodes, la grève, et son programme, et s’adresser à l’ensemble des Gilets Jaunes. Il a ainsi appelé « à construire depuis la base une bataille du tous-ensemble » en vue de construire la grève générale et défaire Macron ; un appel repris par Gael Quirante, accompagné d’autres postiers du 92 en lutte, revendiquant lui aussi la construction d’un tous-ensemble contre Macron. Anasse a par ailleurs appelé à ce que l’ensemble des participants présents à l’AG rejoignent l’appel commun des cheminots de l’intergare et du comité Adama ce samedi à 13h pour rejoindre les Champs-Elysées.

A ce titre, le comité Adama a lui aussi répondu présent : Assa Traoré et Youcef Brakni se sont ainsi succédé pour prendre la parole. Tous deux ont rappelé la nécessité pour les banlieues de rejoindre les gilets jaunes pour lutter à leur côté, mais aussi d’expulser les éléments racistes et réactionnaires qui y sont présents, rappelant que « le combat Adama Traoré n’appartient plus seulement à la famille Adama » mais à tout l’hexagone. Tous deux en particulier sont revenus sur les questions de violence policière, quotidiennement subie par les jeunes de banlieues, et que les Gilets Jaunes ont pu expérimenter de façon particulièrement violente la semaine dernière.

Enfin, la soirée s’est conclue par une intervention du philosophie et économiste Frédéric Lordon. Ce dernier a insisté sur le rôle politique primordial joué par le comité Adama dans la situation pour opérer la jonction entre différents secteurs grâce à son dans son appel à rejoindre les Gilets jaunes. « C’est vous qui faites le mouvement », leur ainsi adressé le philosophe, qui a terminé sa truculente intervention par un « casse-toi » - évidemment adressé à Macron - et repris par les participants !




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Emmanuel Macron   /    Politique