^

Notre classe

12, 21, 23 et 28 Septembre, 10 Octobre…

La grogne monte contre la stratégie des journées « saute-mouton »

La colère commence à se faire ressentir dans les milieux militants et les secteurs les plus combatifs de l’avant garde ouvrière.

Cheminots, Raffineurs, Postiers, Profs, Santé, Aérien, Energie, Métallurgie … Ils sont nombreux les militants, syndicalistes combatifs que nous avons rencontrés ou contactés et qui nous remontent la colère qui commence à se faire réellement sentir chez les travailleurs face à la pluie d’attaques du gouvernement.

« On veut une grève reconductible unitaire et vite »

Alors que la division des dates et des mobilisations est des plus criante et la stratégie qui consiste à appeler à des journées saute-mouton comme en 2016 lors du mouvement contre la loi El Khomri, que Mélenchon profite du mouvement pour renforcer son parti politique avec ce qu’il appelle « la marche des insoumis », et que d’autres secteurs comme les retraités ou la fonction publique appellent à des actions en ordre dispersé, les travailleurs eux ne savent plus où donner de la tête !

Les stigmates du mouvement contre la loi El Khomri sont encore frais et dans la tête de tous les travailleurs et militants syndicaux qui se sont battus jusqu’au bout. Ils tirent tous le même bilan : la stratégie des journées saute-mouton à rallonge, avec plus de 11 journées carrées avant une grève reconductible le 31 Mai, a complètement usée les forces.

« La rage et la colère contre le gouvernement Macron sont là, c’est une stratégie combative qui manque. On veut une grève reconductible unitaire et vite » Voilà ce que nous a expliqué un militant lors de la manifestation du 12 Septembre à Paris.

Les directions syndicales aiment à répéter qu’il n’y a pas de bouton pour déclencher la grève générale. Certes, mais une chose est sûre : ce ne sont pas des appels dispersés de 24h toutes les 3 semaines qui aideront à la construire.

On sent néanmoins que cette fois ci, la pilule aura du mal à passer, et que si les fédérations et notamment la confédération leader du mouvement, ne réunissent pas l’avant garde ouvrière pour établir une stratégie gagnante rapidement, la base lâchera la bataille. Pourtant tout est réuni pour commencer à organiser la riposte, avec le 12 septembre dernier 450000 travailleurs, retraités, chômeurs, étudiants, dans les rues de France, un niveau semblable au 9 Mars 2016 début de la contestation contre la loi travail du gouvernement Hollande qui était en fin de quinquennat. Même si le mouvement débute, c’est une affirmation franche d’une opposition à Macron et à son monde, à 3 mois de l’élection de Jupiter Macron et surtout en plein retour des grandes vacances avec des ordonnances votées en plein mois d’aout.

Les routiers, qui appellent à la grève illimitée à partir du 25 Septembre, ont enflammé les réseaux militants. Ils sont nombreux à demander ce qu’attendent les fédérations pour converger avec les routiers, pour construire un réel blocage de l’économie.

L’histoire du mouvement ouvrier nous la connaissons tous, et elle revient systématiquement à chaque mouvement social d’ampleur. Même si les nouvelles générations de travailleurs n’ont pas connu 1968 ou 1995, elles connaissent néanmoins l’histoire et savent toutes que les gouvernements ont toujours reculé, lorsque les grèves étaient illimitées.

Il est temps de faire en sorte que 2017 ressemble à 1995, car il est certain que les travailleurs auront retenu les leçons du mouvement contre la loi El Khomri et qu’ils ne laisseront pas Philippe Martinez continuer à appeler à des dates saute-mouton très longtemps.




Mots-clés

Loi travail 2   /    Cheminot-e-s   /    Grève   /    Grève générale   /    SNCF   /    Notre classe